Podcasts sur l'histoire

Actes officiels de la rébellion

Actes officiels de la rébellion


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

N°2. Rapports du brigadier. Armée, ingénieur en chef des opérations à partir du 23 mai, 1861, à août 15, 1862.

[p.115 : LES PONTS LE 19 JUIN ET LES DÉFENSES ULTÉRIEURES]

Nous avions, le 19 juin, les ponts suivants :

Pont supérieur sur chevalets. .Débouchés tenu par l'ennemi, et incomplet de son côté.

Le nouveau pont. Deux ponts flottants, le capitaine Duane en ayant construit un deuxième à côté de celui achevé le 1er juin. La route était tenue du côté sud de Chickahominy par l'ennemi.

Le pont inférieur à chevalets. Débouché tenu par l'ennemi, et incomplet de son côté.

La passerelle à pied. Disponible pour l'infanterie dans certaines circonstances. C'était sur la ligne la plus courte entre les deux ailes de l'armée.

Le pont de Duane. Une belle structure, praticable pour toutes les armes, et permettant une communication très directe.

Le pont d'infanterie (de Woodbury). Disponible pour l'infanterie.

Woodbury et le pont Alexander. Pour toutes les armes.

Le pont supérieur de Sumner, ou le pont de la vigne. Celui-ci avait été mis en condition pour être utilisé en urgence par toutes les armes.

Je pense que le pont inférieur de Sumner n'avait jamais été réparé.

Le pont de chemin de fer était le moyen d'apporter le plus de ravitaillement à l'aile gauche. Le pont de Bottom a été entretenu et le tête-de-pont tenu.

Alors que j'étais au quartier général du général Sumner, du 4 au 7 juin, j'ai aménagé une redoute à Golding (n° 6 sur la carte de campagne n° 3) et j'ai demandé au lieutenant McAlester d'en aménager deux autres (n° 4 et 5) et pour terminer le n° 3, celui qui a commencé en premier, et où le colonel Bailey a été tué.

Le lieutenant Comstock, assisté du lieutenant Farquhar, a été chargé d'avoir les lignes complètes à partir du n ° 6, pour se connecter aux travaux de McAlester. Les bois en face ont été largement coupés, comme indiqué sur la carte de campagne. Le lieutenant McAlester, en reconnaissance le 5, se fait tirer sous lui par les piquets ennemis et échappe de peu à la capture.

Par la suite, les redoutes nos 1 et 2 ont été construites, portant la gauche vers le marais de White Oak.

Les redoutes peuvent être décrites comme suit : n° 1, une lunette à gorge ouverte, 8 canons ; n° 2, un redan à gorge ouverte, 6 canons ; n° 3, redoute fermée (pentagone irrégulier), 5 canons ; n° 4, un clos [p.116] redoute, 9 canons ; n° 5, redoute fermée, 6 canons ; N° 6, un carré clos de 30 mètres de large, 6 canons. Ces ouvrages étaient reliés par des fosses à fusils ou des barricades. Le but de ces lignes, longues de plus de 3 milles, était de maintenir notre position de l'aile gauche contre la force concentrée de l'ennemi jusqu'à ce que les communications à travers le Chickahominy puissent être établies, ou, si nécessaire, de maintenir notre position de ce côté pendant que le le gros de l'armée était jeté sur l'autre, si l'occasion l'exigeait ; ou, enfin, tenir une partie de notre ligne et de nos communications par une petite force, tandis que notre principal effort offensif portait sur une autre. Un tel effort offensif, c'était le but compris du général commandant de faire sur notre droite, chassant l'ennemi du grand champ de blé (où il s'est opposé au passage de notre aile droite) et de sa position à la vieille taverne, nous mettant ainsi sur la route de Nine-mile à Richmond et à moins de 5 milles de cette ville. Des reconnaissances avec cette vue étaient constamment faites par les ingénieurs, des routes et des ponts à travers le ravin qui séparait notre aile droite de l'ennemi préparé, etc.

En même temps plusieurs batteries furent construites sous la direction du capitaine Duane sur la rive gauche du Chickahominy, soit pour opérer sur les positions et batteries ennemies en face, soit pour défendre nos ponts, etc. Ils étaient : n° 1, près de la maison du Dr Gaines, 6 fusils ; n° 2, à gauche de la route près de New Bridge, 6 canons ; n° 3, à droite du chemin, près de New Bridge, 6 canons ; n° 4, à droite de la maison de Hogan, 6 canons ; Ce dernier était armé de 4 ½ pouces d'artillerie de siège, je pense, et utilisé avec succès contre les batteries ennemies. Plusieurs de ces canons de siège et les deux mortiers de siège de 8 pouces ont été amenés pour mettre en place ou à proximité des redoutes nos 3, 4 et 5.

Nos reconnaissances ont montré que l'ennemi élevait des ouvrages dans l'autre côté du grand champ de blé et dans les environs de Old Tavern, également devant nos lignes de la redoute n° 2 à n° 5. Il était impossible d'en distinguer le caractère exact. de ces ouvrages, bien que la plupart d'entre eux n'étaient probablement guère plus que des fosses à fusils.

<-BACK | UP | NEXT->

Documents officiels de la rébellion : volume onze, chapitre 23, partie 1 : campagne péninsulaire : rapports, pp.115-116

page Web Rickard, J (20 juin 2006)


Voir la vidéo: La vraie histoire de la rébellion en Côte dIvoire (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Farquharson

    À mon avis, il a tort. Nous devons discuter. Écrivez-moi dans PM, parlez.

  2. Vogami

    Je le saurai, merci beaucoup pour votre aide dans cette affaire.

  3. Kaganos

    Et j'ai rencontré ça. Discutons de cette question. Ici ou à PM.

  4. Leathan

    Cette très bonne phrase est à peu près juste

  5. Hwithloew

    Que pensez-vous du fait que Vicente Del Bosque dirigera l'équipe nationale espagnole?

  6. Linleah

    froissé, cependant!

  7. Adalrik

    Hmm vient avec

  8. Hotah

    Super, c'est un avis très précieux



Écrire un message