Podcasts sur l'histoire

Boulder Victory AK-227 - Histoire

Boulder Victory AK-227 - Histoire



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Victoire de rocher

Boulder est une ville du Colorado. .

AK-227 : dp. 4480 ; 1. 455'; b. 62' ; dr. 24' ; s. 15,5 kilogrammes ; cpl.
99 ; une. 1511, 13"; cl. Boulder Victory)

Boulder Victory (AK-227) a été lancé le 31 août 1944 par Permanente Metals Corp., Yard No. 1, Richmond, Californie, dans le cadre d'un contrat de la Commission maritime ; parrainé par Mlle Elsa Maxwell ; transféré à la Marine le 12 octobre 1944; et commandé le même jour, le lieutenant S. E. Church aux commandes.

Boulder Victory s'est démarqué pour le sud-ouest du Pacifique le 2 novembre et est arrivé à Ullthl, îles Caroline, le 30. Elle a fumé alors en avant au Palaus où elle est arrivée le 8 décembre. Lors de la mise en route le 20 décembre pour retourner à Ullthi, le Boulder Victory a heurté une mine qui a ouvert un trou de 18 pieds sur 32 pieds dans son côté bâbord, mais n'a causé aucune perte à l'équipage. Elle est restée dans le Palaus subissant des réparations temporaires jusqu'au 8 février 1945, puis a fumé à Ulithi pour d'autres
réparations. Elle est partie le 13 juin et est arrivée à San Francisco le 30 juin où elle est restée jusqu'au 1er septembre tandis que les réparations permanentes ont été accomplies.

Après s'être entraîné au large de San Diego en septembre, il s'est rendu à Okinawa, où il est arrivé le 30 octobre 1945. De là, il a renvoyé ses troupes sur la côte ouest, où il est arrivé le 25 novembre 1945. Désarmé à San Francisco le 4 janvier 1946, il est retourné à la Commission maritime le 11 janvier 1946. .


Boulder Victory AK-227 - Histoire

Ce cadre de plaque d'immatriculation USS Boulder Victory AK-227 est fièrement fabriqué aux États-Unis dans nos installations de Scottsboro, en Alabama. Chacun de nos cadres de la marine américaine MilitaryBest comporte des bandes d'aluminium recouvertes de poly en haut et en bas qui sont imprimées par sublimation, ce qui donne à ces cadres militaires automobiles de qualité une belle finition brillante.

Veuillez vérifier vos réglementations nationales et locales pour la compatibilité de ces cadres Navy pour une utilisation sur votre véhicule.

Un pourcentage de la vente de chaque article MilitaryBest est transmis aux départements de licence de chaque branche de service respective à l'appui du programme MWR (Moral, Welfare, & Recreation). Ces paiements sont effectués par ALL4U LLC ou par le grossiste d'où provient l'article. Notre équipe vous remercie pour votre service et votre soutien à ces programmes.

VOUS POURRIEZ AUSSI AIMER


Grandir pour contribuer

Immédiatement, les conseils de défense nationaux et locaux ont encouragé les gens à contribuer à l'effort de guerre en économisant ou en cultivant de la nourriture. Charles Lathrop Pack a organisé la National War Garden Commission pour encourager les Américains à contribuer en plantant, en récoltant et en stockant leurs propres fruits et légumes afin de permettre à plus de nourriture d'être envoyée à nos alliés.

Les Coloradiens n'ont pas été confrontés à un rationnement aussi important qu'ils le feraient pendant la Seconde Guerre mondiale, mais ils ont dû faire face à la hausse des prix des aliments et du carburant et à des approvisionnements limités en nourriture et autres produits de première nécessité. En conséquence, les citoyens du Colorado ont rejoint la nation en se serrant la ceinture et en plantant des jardins de guerre.

Lorsque l'armistice de 1918 a mis fin à la guerre, les Américains ont été encouragés à continuer leur jardinage par la National War Garden Commission. Appelant l'effort des «jardins de la liberté», le gouvernement fédéral a présenté ces jardins dans une campagne nationale comme un moyen pour les citoyens de contribuer au retour de la prospérité de l'Amérique. À l'échelle nationale, trois millions de jardins ont été plantés en 1917. À la fin de 1918, plus de cinq millions de jardins étaient cultivés.


Opinion : la NRA a célébré la « victoire » après que le juge a bloqué l'interdiction des armes d'assaut à Boulder

L'Amérique semble être sur la voie d'un semblant de normalité, les écoles commencent à s'ouvrir, les gens peuvent sortir en public et un deuxième massacre par arme à feu se produit en une semaine. Oui, l'Amérique est revenue à la normale.

De nombreux Américains se demandent ce qui aurait pu être fait pour empêcher une nouvelle fusillade de masse avec une arme à feu conçue pour le champ de bataille. Après que huit Américains innocents ont été abattus à Atlanta, il n'a pas fallu longtemps pour qu'une autre fusillade de masse régulière secoue Boulder Colorado en son cœur.

Bien que les républicains ne soutiendront jamais aucune loi sur la sécurité des armes à feu parce qu'ils sont terrifiés par la National Rifle Association, le conseil municipal de Boulder Colorado a décidé après le massacre de Parkland Florida qu'il pourrait au moins protéger ses habitants avec une loi sur la sécurité des armes à feu saine adoptée en 20 18 La NRA n'aimait aucune loi sensée sur la sécurité des armes à feu, alors elle est allée devant les tribunaux pour arrêter celle de Boulder.

Le 12 mars, un juge a bloqué l'interdiction de Boulder sur les armes « de type assaut ». Quatre jours plus tard, le tireur « présumé » a acheté une arme de « style assaut » qu'il a « prétendument » utilisée pour massacrer 10 Américains innocents le 2 mars.

Comme c'est généralement le cas dans l'Amérique folle des armes à feu, après les offres insensées de « pensées et de prières » pour les familles des victimes, le groupe affilié à la NRA du Colorado a offert la réponse typique des fanatiques des armes à feu après l'indignation et a appelé à un peu de raison pour arrêter cet Américain normal. occurrence.

Ce n'est pas le moment de débattre des lois sur les armes à feu. ”

Les fanatiques des armes à feu, la Colorado State Shooting Association, ont déposé une plainte pour bloquer l'interdiction des armes d'assaut de 2018 parce qu'ils sont des fanatiques des armes à feu. Après le massacre, le groupe a publié une déclaration :

Aujourd'hui n'est pas un jour pour obscurcir notre souvenir avec le genre de sensationnalisme émotionnel qui finit inévitablement par être contredit par les faits pratiques pour assurer la sécurité de nos communautés.

Il y aura un temps pour le débat sur les lois sur les armes à feu. Il y aura un temps pour la discussion sur les motifs. Il y aura un temps pour une conversation sur comment cela aurait pu être évité . Mais aujourd'hui n'est pas le moment. Aujourd'hui, c'est le temps du deuil et de la guérison " (auteur gras)

Pas surprenant du tout, et aussi normal que les fusillades de masse régulièrement programmées, le jour où le juge a annulé l'ordonnance sur les armes à feu de Boulder, et juste 4 jours avant que le tireur présumé n'achète l'arme d'assaut, la National Rifle Association a célébré la décision bloquant Boulder's ordonnance sur les armes à feu. Et le club de tir a mis un point d'honneur à souligner son rôle de soutien pour convaincre le tribunal de lever l'interdiction des fusils d'assaut. Ils l'ont appelé une victoire de la NRA dans le Colorado en disant :

« Un juge du Colorado a donné aux propriétaires d'armes à feu respectueux de la loi quelque chose à célébrer.

Il est certain que les familles des victimes massacrées ne sont pas en fête, mais elles connaissent la réponse à la remarque obscène du CSSA sur «comment cela aurait pu être évité.

Cela aurait pu être évité si le tireur n'avait pas pu acheter une arme d'assaut quatre jours seulement après que le tribunal a bloqué l'ordonnance sur la sécurité des armes à feu et six jours avant d'utiliser ladite arme d'assaut pour mettre fin à la vie de 10 Américains innocents. De plus, le tribunal n'aurait pas annulé l'interdiction des armes d'assaut à Boulder si la NRA, folle d'armes à feu, et sa filiale d'État, la Colorado State Shooting Association, n'avaient pas intenté de poursuites pour bloquer ce que tout être humain sensé considérait comme une réglementation nécessaire en matière de sécurité des armes à feu.

L'un des membres du conseil municipal de Boulder, Rachel Friend, a déclaré que la fusillade de masse l'avait frustrée et submergée par la tristesse. Elle a dit:

«Je suis encore trop engourdi ou sous le choc pour dire comment cela s'est passé si rapidement après qu'il a été frappé – sauf pour dire que c'est pourquoi nous voulions passer l'interdiction en premier lieu. Ça fait mal.”

C'était un sentiment normal de la part d'une personne humaine, mais c'était tout simplement trop pour le groupe qui a intenté le procès concernant l'interdiction des armes d'assaut. La Colorado State Shooting Association a rejeté d'emblée le sentiment de Mme Friend en l'appelant "sensationnalisme émotionnel" prétendant qu'il ne servait qu'à "nuage souvenir des victimes.

Il est vrai que l'Amérique est sur la bonne voie pour revenir à quelque chose qui ressemble à la normalité. Mais le seul "normal" qui n'a jamais disparu est la célébration de la NRA lors de l'annulation d'une loi raisonnable sur les armes à feu et l'implication qu'avoir une réaction humaine à une atrocité évitable n'est rien de plus que du "sensationnalisme émotionnel". Ajoutez à cette abomination la Colorado State Shooting Association, affiliée à la NRA, ayant la témérité de déclarer que «ce n'est pas le moment de demander comment cela aurait pu être évité.”

Comme pour célébrer la fin d'une interdiction raisonnable des armes sur le champ de bataille, la NRA et la CSSA ont fourni le genre de réponse normale que l'on attend de vils sauvages inhumains.

Ingénieur du son et instructeur pour SAE. Écrit des commentaires d'opinion soutenant les causes humanistes laïques et exposant la suppression des femmes, des pauvres et des minorités. Un défenseur de la liberté de religion et en particulier, la liberté de NO religion.

Né dans le Sud, élevé dans le Mid-West et en Californie pour une vision complète de l'Amérique, il n'a pas l'air bien.


Le 17 octobre, le cargo nouvellement mis en service a navigué vers San Francisco, en Californie, pour commencer son service en tant que navire de ravitaillement en munitions. Ses cales étaient remplies le 2 novembre, et Victoire de rocher a commencé pour le Pacifique occidental. [3]

Afin de soutenir les avancées alliées vers l'ouest et le nord, des stations avancées de ravitaillement en munitions ont été établies à l'atoll d'Ulithi dans les îles Caroline occidentales et au passage de Kossol dans les îles Palaos. Victoire de rocher reçu l'ordre de transférer des munitions entre ces bases selon les besoins. Elle a fait le port à Eniwetok le 17 novembre pour faire le plein, est entrée dans la lagune à Ulithi le 30 novembre et a atteint le Passage de Kossol le 8 décembre. [3]

Le passage de Kossol s'est finalement avéré impropre à la manutention des munitions en raison de fortes houles chroniques, du manque d'installations de stockage à terre et du manque de personnel pour décharger les fournitures, ainsi que de sa proximité avec l'île de Babelthuap, détenue par les Japonais. Les mines flottantes de cette île étaient un danger constant. [3]

Frapper une mine

Le 20 décembre, comme Victoire de rocher parti pour Manus, il heurta une de ces mines à bâbord. L'explosion a creusé un trou dans sa prise n° 3 mesurant 18 x 32 pieds (5,5 x 9,8 mètres). La cale contenait des projectiles de 127 mm (5 pouces), mais les incendies déclenchés par l'explosion ont été éteints par l'afflux rapide d'eau de mer dans l'espace. En conséquence, seuls deux obus ont explosé, laissant deux trous de 16 pouces (406 mm) dans la peau du navire. Victoire de rocher est resté à flot, bien que bas dans l'eau et, après des réparations d'urgence aux moteurs, a réussi à entrer à nouveau dans Palau par ses propres moyens. Son équipage n'a subi aucune perte, mais les dommages au navire étaient si graves que ses opérations de guerre ont pris fin. [3]

Le cargo est resté ancré au passage de Kossol, déchargeant les munitions et nettoyant les débris de la cale jusqu'au 8 février 1945. Il s'est ensuite rendu lentement à Manus pour décharger le reste de sa cargaison et entrer dans une cale sèche flottante pour d'autres réparations. Enfin, le 13 juin, Victoire de rocher Les réparations temporaires d'Apos l'ont remis en état de naviguer et il a mis le cap via Pearl Harbor vers San Francisco. Le 30 juin, le navire a commencé une révision majeure par United Engineering Company à Alameda, en Californie, pour terminer les réparations. [3]

Opérations de fin de guerre

Victoire de rocher était encore en révision lorsque les Japonais ont capitulé en août, mais, le 1er septembre, le cargo a commencé des exercices de préparation et d'entraînement au large de San Diego, en Californie. Elle est devenue en route le 10 octobre, pour transporter des fournitures aux troupes d'occupation au Japon. Après une escale de ravitaillement à Eniwetok, Victoire de rocher a continué à Okinawa où elle est arrivée le 30 octobre. [3]

Elle déchargea sa cargaison et embarqua des vétérans de retour. Le 10 novembre, il met le cap sur les États-Unis. [3]


Contenu

Les pays qui ont rejoint la guerre étaient de l'un des deux côtés : l'Axe et les Alliés.

Les puissances de l'Axe au début de la guerre étaient l'Allemagne, l'Italie et le Japon. Il y a eu de nombreuses réunions pour créer une alliance entre ces pays. [7] [8] [9] [10] La Finlande, la Slovaquie, la Roumanie, la Bulgarie, la Hongrie et la Thaïlande ont rejoint l'Axe plus tard. Alors que la guerre se poursuivait, certains pays de l'Axe ont changé pour rejoindre les Alliés à la place, comme l'Italie.

Les puissances alliées étaient le Royaume-Uni et certains membres du Commonwealth, la France, la Pologne, la Yougoslavie, la Grèce, la Belgique et la Chine au début de la guerre. La Chine menait une guerre civile. En juin 1941, l'Allemagne attaque l'Union soviétique lors de l'opération Barbarossa. En décembre 1941 eut lieu l'attaque japonaise de Pearl Harbor contre les États-Unis. Ces deux grands pays puissants rejoignirent alors les Alliés.

La Première Guerre mondiale avait considérablement changé la voie de la diplomatie et de la politique en Asie, en Europe et en Afrique avec la défaite des puissances centrales. Les empires qui se sont rangés du côté des puissances centrales ont été détruits. L'Empire russe, qui ne s'est pas rangé du côté des puissances centrales, est également mort. La guerre a également changé les frontières en Europe de l'Est, avec de nombreux nouveaux pays nés. La guerre a conduit à un fort irrédentisme et à un revanchisme. Ces sens étaient particulièrement forts en Allemagne, qui n'avait d'autre choix que de signer le traité de Versailles. [11] Les Allemands se sont également vu confisquer 13 % de leur territoire et toutes les colonies, et ils ont dû rembourser une très grosse somme d'argent aux Alliés. [12] La taille de leur armée et de leur marine était également limitée, [13] tandis que son armée de l'air était interdite.

En Italie, les nationalistes étaient mécontents de l'issue de la guerre, pensant que leur pays aurait dû gagner beaucoup plus de territoire grâce à l'accord passé avec les Alliés. Le mouvement fasciste des années 1920 a amené Mussolini à la tête du pays. Il a promis de faire de l'Italie une grande puissance en créant son empire colonial. [14]

Après que le Kuomintang (KMT), le parti au pouvoir en Chine, ait unifié le pays dans les années 1920, la guerre civile entre celui-ci et son ancien allié, le Parti communiste chinois, a commencé. [15] En 1931, le Japon a utilisé l'incident de Mukden comme raison pour prendre la Mandchourie et créer son État fantoche, le Mandchoukouo, [16] alors que la Société des Nations ne pouvait rien faire pour l'arrêter. La trêve de Tanggu, un cessez-le-feu, a été signée en 1933. En 1936, le KMT et les communistes ont convenu d'arrêter de se battre les uns contre les autres pour combattre le Japon à la place. [17] En 1937, le Japon a déclenché une deuxième guerre sino-japonaise pour prendre le reste de la Chine. [18]

Après la dissolution de l'Empire allemand, la République démocratique de Weimar a été mise en place. Il y avait des désaccords entre les Allemands qui impliquaient de nombreuses idéologies politiques, allant du nationalisme au communisme. Le mouvement fasciste en Allemagne a augmenté à cause de la Grande Dépression. Adolf Hitler, chef du parti nazi, est devenu chancelier en 1933. Après l'incendie du Reichstag, Hitler a créé un État totalitaire, où il n'y a qu'un seul parti de droit. [19] Hitler voulait changer l'ordre mondial et reconstruisit rapidement l'armée, la marine et l'aviation, [20] surtout après la réunification de la Sarre en 1935. En mars 1936, Hitler envoya l'armée en Rhénanie. La guerre civile espagnole a commencé en juillet 1936. La guerre s'est terminée par la victoire nationaliste, soutenue par l'Italie et l'Allemagne.

En mars 1938, l'Allemagne envoya son armée en Autriche, connue sous le nom d'Anschluss, qui n'eut que peu de réaction des pays européens. [21] Peu de temps après, les Alliés ont accepté de donner les Sudètes, une partie de la Tchécoslovaquie, à l'Allemagne, afin qu'Hitler promette de cesser de prendre plus de terres. [22] Mais le reste du pays a été soit forcé de se rendre [23] soit envahi en mars 1939. [24] Les Alliés ont maintenant essayé de l'arrêter, en promettant d'aider la Pologne si elle était attaquée. [25] Juste avant la guerre, l'Allemagne et l'Union soviétique ont signé un accord de paix, convenant qu'elles ne s'attaqueraient pas pendant dix ans. [26] Dans la partie secrète de celui-ci, ils ont convenu de diviser l'Europe de l'Est entre eux. [27]

La guerre éclate Modifier

La Seconde Guerre mondiale a commencé le 1er septembre 1939, lorsque l'Allemagne a envahi la Pologne. Le 3 septembre, la Grande-Bretagne, la France et les membres du Commonwealth déclarent la guerre à l'Allemagne. Ils ne pouvaient pas beaucoup aider la Pologne et n'envoyèrent qu'une petite attaque française contre l'Allemagne depuis l'ouest. [28] L'Union soviétique a envahi la Pologne orientale peu après l'Allemagne, le 17 septembre. [29] Finalement, la Pologne a été divisée.

L'Allemagne a alors signé un accord pour travailler avec l'Union soviétique. L'Union soviétique a forcé les pays baltes à lui permettre de garder des soldats soviétiques dans leurs pays. [30] La Finlande n'a pas accepté l'appel soviétique pour sa terre, elle a donc été attaquée en novembre 1939. [31] Avec la paix, la guerre mondiale a éclaté. [32] La France et la Grande-Bretagne pensaient que l'Union soviétique pourrait entrer en guerre aux côtés de l'Allemagne et chassèrent l'Union soviétique de la Société des Nations. [33]

Après la défaite de la Pologne, la « drôle de guerre » a commencé en Europe occidentale. Alors que des soldats britanniques ont été envoyés sur le continent, il n'y a pas eu de grandes batailles entre les deux parties. [34] Puis, en avril 1940, l'Allemagne a décidé d'attaquer la Norvège et le Danemark afin qu'il soit plus sûr de transporter du minerai de fer depuis la Suède. Les Britanniques et les Français ont envoyé une armée pour perturber l'occupation allemande, mais ont dû partir lorsque l'Allemagne a envahi la France. [35] Chamberlain a été remplacé par Churchill comme Premier ministre du Royaume-Uni en mai 1940 parce que les Britanniques n'étaient pas satisfaits de son travail. [36]

Premières victoires de l'Axe Modifier

Le 10 mai, l'Allemagne a envahi la France, la Belgique, la Hollande et le Luxembourg et les a rapidement vaincus en utilisant des tactiques de blitzkrieg. [37] Les Britanniques ont été contraints de quitter l'Europe continentale à Dunkerque. Le 10 juin, l'Italie envahit la France, déclarant la guerre à la France et au Royaume-Uni. Peu de temps après, la France a été divisée en zones d'occupation. L'un était directement contrôlé par l'Allemagne et l'Italie [38] et l'autre était la France de Vichy inoccupée.

En juin 1940, l'Union soviétique a déplacé ses soldats dans les États baltes et les a pris, [39] suivi de la Bessarabie en Roumanie. Bien qu'il y ait eu une certaine collaboration entre l'Union soviétique et l'Allemagne plus tôt, cet événement a rendu les choses sérieuses. [40] [41] Plus tard, quand les deux ne pouvaient pas accepter de travailler plus étroitement ensemble, les relations entre eux se sont détériorées au point de la guerre. [42]

Alors l'Allemagne a commencé une bataille aérienne au-dessus de la Grande-Bretagne pour se préparer à un débarquement sur l'île, [43] mais le plan a été finalement annulé en septembre. La marine allemande a détruit de nombreux navires britanniques transportant des marchandises dans l'Atlantique. [44] L'Italie, à cette époque, avait commencé son opération en Méditerranée. Les États-Unis sont restés neutres mais ont commencé à aider les Alliés. En aidant à protéger les navires britanniques dans l'Atlantique, les États-Unis se sont retrouvés à combattre des navires allemands en octobre 1941, mais ce n'était pas officiellement une guerre. [45]

En septembre 1940, l'Italie a commencé à envahir l'Égypte tenue par les Britanniques. En octobre, l'Italie envahit la Grèce, mais cela n'aboutit qu'à une retraite italienne en Albanie. [46] Encore une fois, au début de 1941, une armée italienne a été poussée d'Égypte vers la Libye en Afrique. L'Allemagne a rapidement aidé l'Italie. Sous le commandement de Rommel, fin avril 1941, l'armée du Commonwealth est à nouveau repoussée en Égypte. [47] À part l'Afrique du Nord, l'Allemagne a envahi aussi avec succès la Grèce, la Yougoslavie et la Crète en mai. [48] ​​Malgré ces victoires, Hitler a décidé d'annuler le bombardement de la Grande-Bretagne après le 11 mai. [49]

Dans le même temps, les progrès du Japon en Chine étaient encore faibles, bien que les Chinois nationalistes et communistes aient recommencé à se battre. [50] Le Japon prévoyait de s'emparer des colonies européennes en Asie alors qu'elles étaient faibles, et l'Union soviétique pouvait sentir un danger de la part de l'Allemagne, donc un pacte de non-agression (qui était un accord selon lequel les deux pays ne s'attaqueraient pas) entre les deux ont été signés en avril 1941. [51] Cependant, l'Allemagne a continué à préparer une attaque contre l'Union soviétique, déplaçant ses soldats près de la frontière soviétique. [52]

La guerre devient mondiale Modifier

Le 22 juin 1941, les pays européens de l'Axe attaquent l'Union soviétique. Au cours de l'été, l'Axe a rapidement capturé l'Ukraine et les régions baltes, ce qui a causé d'énormes dégâts aux Soviétiques. La Grande-Bretagne et l'Union soviétique ont formé une alliance militaire entre elles en juillet. [53] Bien qu'il y ait eu de grands progrès au cours des deux derniers mois lorsque l'hiver est arrivé, l'armée allemande fatiguée a été forcée de retarder son attaque juste à l'extérieur de Moscou. [54] Cela montrait que l'Axe avait échoué à ses objectifs principaux, alors que l'armée soviétique n'était toujours pas affaiblie. Cela a marqué la fin de la phase éclair de la guerre. [55]

En décembre, l'Armée rouge face à l'armée de l'Axe avait reçu plus de soldats de l'est. Il a commencé une contre-attaque qui a poussé l'armée allemande vers l'ouest. [56] L'Axe a perdu beaucoup de soldats mais il a quand même sauvé la plupart des terres qu'il avait reçues auparavant. [57]

En novembre 1941, le Commonwealth contre-attaqua l'Axe en Afrique du Nord et récupéra toutes les terres qu'il avait perdues auparavant. [58] Cependant, l'Axe a repoussé les Alliés à nouveau jusqu'à ce qu'ils s'arrêtent à El Alamein. [59]

En Asie, les succès allemands incitent le Japon à faire appel au pétrole des Indes néerlandaises. [60] De nombreux pays occidentaux ont réagi à l'occupation de l'Indochine française en interdisant le commerce du pétrole avec le Japon. [61] Le Japon prévoyait de s'emparer des colonies européennes en Asie pour créer une grande zone défensive dans le Pacifique afin d'obtenir plus de ressources. [62] Mais avant toute invasion future, il devait d'abord détruire la flotte américaine du Pacifique dans l'océan Pacifique. [63] Le 7 décembre 1941, il attaqua Pearl Harbor ainsi que de nombreux ports dans plusieurs pays d'Asie du Sud-Est. [64] Cet événement a conduit les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Australie, les Alliés occidentaux et la Chine à déclarer la guerre au Japon, tandis que l'Union soviétique restait neutre. [65] La plupart des nations de l'Axe ont réagi en déclarant la guerre aux États-Unis.

En avril 1942, de nombreux pays d'Asie du Sud-Est : la Birmanie, la Malaisie, les Indes néerlandaises et Singapour, étaient presque tombés aux mains des Japonais. [66] En mai 1942, les Philippines tombent. La marine japonaise a remporté de nombreuses victoires rapides. Mais en juin 1942, le Japon est vaincu à Midway. Le Japon n'a pas pu prendre plus de terres après cela car une grande partie de sa marine a été détruite pendant la bataille.

Les alliés avancent Modifier

Le Japon a alors commencé son plan pour reprendre la Papouasie-Nouvelle-Guinée, [67] tandis que les États-Unis ont prévu d'attaquer les îles Salomon. Le combat sur Guadalcanal a commencé en septembre 1942 et a impliqué beaucoup de troupes et de navires des deux côtés. Elle s'est terminée par la défaite japonaise au début de 1943. [68]

Sur le front de l'Est, l'Axe a vaincu les attaques soviétiques pendant l'été et a lancé sa propre offensive principale vers le sud de la Russie le long des fleuves Don et Volga en juin 1942, essayant de s'emparer des champs pétrolifères du Caucase, essentiels à l'Axe pour alimenter leur effort de guerre, et une grande steppe. Stalingrad était sur le chemin de l'armée de l'Axe et les Soviétiques ont décidé de défendre la ville. En novembre, les Allemands avaient presque pris Stalingrad, cependant, les Soviétiques ont pu encercler les Allemands pendant l'hiver [69] Après de lourdes pertes, l'armée allemande a été forcée de se rendre la ville en février 1943. [70] Même si le front a été poussé plus loin qu'elle ne l'était avant les attaques de l'été, l'armée allemande était toujours devenue dangereuse pour une zone autour de Koursk. [71] Hitler a consacré près des deux tiers de ses armées à la bataille de Stalingrad. La bataille de Stalingrad a été la bataille la plus importante et la plus meurtrière de l'époque de ce monde.

En août 1942, en raison de la défense alliée à El Alamein, l'armée de l'Axe n'a pas réussi à prendre la ville. Une nouvelle offensive alliée repousse l'Axe vers l'ouest à travers la Libye quelques mois plus tard [72] juste après que l'invasion anglo-américaine de l'Afrique du Nord française l'oblige à rejoindre les Alliés. [73] Cela a conduit à la défaite de l'Axe lors de la campagne d'Afrique du Nord en mai 1943. [74]

En Union soviétique, le 4 juillet 1943, l'Allemagne a lancé une attaque autour de Koursk. De nombreux soldats allemands ont été perdus à cause des défenses bien créées des Soviétiques. [75] [76] Hitler a annulé l'attaque avant tout résultat clair. [77] Les Soviétiques ont alors lancé leur propre contre-attaque, qui a été l'un des tournants de la guerre. Après cela, les Soviétiques sont devenus la force d'attaque sur le front de l'Est, au lieu des Allemands. [78] [79]

Le 9 juillet 1943, affectés par les précédentes victoires soviétiques, les Alliés occidentaux débarquent en Sicile. Cela a abouti à l'arrestation de Mussolini le même mois. [80] En septembre 1943, les Alliés envahissent l'Italie continentale, à la suite de l'armistice italien avec les Alliés. [81] L'Allemagne a alors pris le contrôle de l'Italie et a désarmé son armée, [82] et a construit de nombreuses lignes défensives pour ralentir l'invasion alliée. [83] Les forces spéciales allemandes ont alors sauvé Mussolini, qui a alors bientôt créé l'État client occupé par les Allemands, la République sociale italienne. [84]

À la fin de 1943, le Japon a conquis certaines îles de l'Inde et a commencé une invasion du continent indien. L'armée de l'Inde et d'autres forces les ont expulsés au début de 1944.

Au début de 1944, l'armée soviétique a chassé l'armée allemande de Leningrad, [85] mettant fin au siège le plus long et le plus meurtrier de l'histoire. Après cela, les Soviétiques ont commencé une grande contre-attaque. En mai, les Soviétiques avaient repris la Crimée. Avec les attaques en Italie à partir de septembre 1943, les Alliés réussissent à s'emparer de Rome le 4 juin 1944 et font reculer les forces allemandes. [86]

La fin en Europe Modifier

Le jour J, le 6 juin 1944, les Alliés ont commencé l'invasion de la Normandie, en France. Le nom de code de l'invasion était Opération Overlord. L'invasion a été couronnée de succès et a conduit à la défaite des forces allemandes en France. Paris est libéré en août 1944 et les Alliés poursuivent leur route vers l'est tandis que le front allemand s'effondre. L'opération Market-Garden était l'invasion aérienne combinée des Pays-Bas lancée le 17 septembre 1944. Le but de l'invasion était de s'emparer d'une série de ponts, dont un pont à Arnhem, qui enjambait le Rhin. L'invasion aéroportée s'appelait Market. L'invasion terrestre, nommée Garden, atteignit le Rhin, mais ne put prendre le pont d'Arnhem.

Le 22 juin, l'offensive soviétique sur le front de l'Est, sous le nom de code Opération Bagration, a presque détruit le centre du groupe d'armées allemand. [87] Peu de temps après, les Allemands ont été contraints de battre en retraite et de défendre l'Ukraine et la Pologne. L'arrivée des troupes soviétiques a provoqué des soulèvements contre le gouvernement allemand dans les pays d'Europe de l'Est, mais ceux-ci n'ont pas réussi à moins d'être aidés par les Soviétiques. [88] Une autre offensive soviétique oblige la Roumanie et la Bulgarie à rejoindre les Alliés. [89] Les partisans des Serbes communistes sous Josip Broz Tito ont repris Belgrade avec l'aide de la Bulgarie et de l'Union soviétique. Au début de 1945, les Soviétiques attaquèrent de nombreux pays occupés par les Allemands : la Grèce, l'Albanie, la Yougoslavie et la Hongrie. La Finlande est passée du côté des Soviétiques et des Alliés.

Le 16 décembre 1944, les Allemands tentent une dernière fois de prendre le front occidental en attaquant les Alliés dans les Ardennes, en Belgique, lors d'une bataille connue sous le nom de Bataille des Ardennes. Ce fut la dernière grande attaque allemande de la guerre, et les Allemands n'ont pas réussi dans leur attaque. [90]

En mars 1945, l'armée soviétique s'est rapidement déplacée de la Vistule en Pologne vers la Prusse orientale et Vienne, tandis que les Alliés occidentaux traversaient le Rhin. En Italie, les Alliés avancent tandis que les Soviétiques attaquent Berlin. Les forces occidentales alliées finiront par rencontrer les Soviétiques sur l'Elbe le 25 avril 1945.

Hitler s'est suicidé le 30 avril 1945, deux jours après la mort de Mussolini. [91] Dans son testament, il a nommé son commandant de la marine, le grand amiral Karl Donitz, pour être le président de l'Allemagne. [92] Donitz s'est rendu aux alliés et s'est opposé à la volonté d'Hitler de voir l'Allemagne continuer à se battre.

Les forces allemandes en Italie se sont rendues le 29 avril 1945. L'Allemagne s'est rendue aux Alliés occidentaux le 7 mai 1945, connu sous le nom de jour de la victoire, et a été forcée de se rendre aux Soviétiques le 8 mai 1945. La bataille finale en Europe s'est terminée en Italie le 11 mai 1945. [93]

La fin dans le Pacifique Modifier

Dans le Pacifique, les forces américaines sont arrivées aux Philippines en juin 1944. Et en avril 1945, les forces américaines et philippines avaient éliminé une grande partie des forces japonaises, mais les combats se sont poursuivis dans certaines parties des Philippines jusqu'à la fin de la guerre. [94] Les forces britanniques et chinoises ont avancé dans le nord de la Birmanie et ont capturé Rangoon le 3 mai 1945. [95] Les forces américaines ont ensuite pris Iwo Jima en mars et Okinawa en juin 1945. [96] De nombreuses villes japonaises ont été détruites par les bombardements alliés, et Les importations japonaises ont été coupées par les sous-marins américains.

Les Alliés voulaient que le Japon se rende sans conditions, mais le Japon a refusé. Cela a conduit les États-Unis à larguer deux bombes atomiques sur Hiroshima (6 août 1945) et Nagasaki (9 août 1945). Le 8 août 1945, les Soviétiques envahirent la Mandchourie, battant rapidement la principale armée impériale japonaise. [97] Le 15 août 1945, le Japon se rend aux Alliés. Les documents de cession ont été formellement signés à bord du USS Missouri le 2 septembre 1945, mettant fin à la guerre. [98]

Les Alliés parviennent à occuper l'Autriche et l'Allemagne. L'Allemagne était divisée en deux. L'Union soviétique contrôlait la partie orientale et les Alliés occidentaux contrôlaient la partie occidentale. Les Alliés ont commencé la dénazification, en retirant les idées nazies de la vie publique en Allemagne, [99] et la plupart des nazis de haut rang ont été capturés et traduits devant un tribunal spécial. L'Allemagne a perdu un quart des terres qu'elle possédait en 1937, les terres étant données à la Pologne et à l'Union soviétique. Les Soviétiques ont également pris certaines parties de la Pologne [100] [101] [102] et de la Finlande, [103] ainsi que trois pays baltes. [104] [105]

Les Nations Unies ont été formées le 24 octobre 1945 [106] pour maintenir la paix entre les pays du monde. [107] Cependant, les relations entre les Alliés occidentaux et l'Union soviétique s'étaient détériorées pendant la guerre [108] et, peu de temps après la guerre, chaque puissance a rapidement renforcé son pouvoir sur la zone contrôlée. En Europe occidentale et en Allemagne de l'Ouest, c'était les États-Unis, tandis qu'en Allemagne de l'Est et en Europe de l'Est, c'était l'Union soviétique, dans laquelle de nombreux pays ont été transformés en États communistes. La guerre froide a commencé après la formation de l'OTAN dirigée par les États-Unis et du Pacte de Varsovie dirigé par les Soviétiques. [109]

En Asie, le Japon a été placé sous occupation américaine. En 1948, la Corée a été divisée en Corée du Nord et Corée du Sud, chacune prétendant être le représentant légal des Coréens, ce qui a conduit à la guerre de Corée en 1950. [110] La guerre civile en Chine s'est poursuivie à partir de 1946 et a entraîné le retrait du KMT à Taiwan. en 1949. [111] Les communistes ont gagné le continent. Au Moyen-Orient, le désaccord arabe sur le projet des Nations Unies de créer Israël a marqué le début des conflits entre les Arabes et Israël.

Après la guerre, la décolonisation a eu lieu dans de nombreuses colonies européennes. [112] Les mauvaises économies et les personnes désireuses de se gouverner en étaient les principales raisons. Dans la plupart des cas, cela s'est passé pacifiquement, sauf dans certains pays, comme l'Indochine et l'Algérie. [113] Dans de nombreuses régions, le retrait européen a provoqué des divisions parmi les personnes qui avaient des groupes ethniques ou des religions différents. [114]

La reprise économique a été différente dans de nombreuses régions du monde. En général, c'était assez positif. Les États-Unis sont devenus plus riches que tout autre pays et, en 1950, ils avaient pris le contrôle de l'économie mondiale. [115] [116] Il a également ordonné le plan Marshall (1948-1951) pour aider les pays européens. Les économies allemande, [117] italienne, [118] [119] et française se sont redressées. [120] Cependant, l'économie britannique a été gravement touchée [121] et a continué à empirer pendant plus de dix ans. [122] L'économie soviétique s'est développée très rapidement après la fin de la guerre. [123] Cela s'est également produit avec l'économie japonaise, qui est devenue l'une des plus grandes économies dans les années 1980. [124] La Chine est revenue au même niveau de production qu'avant la guerre en 1952. [125]

Mort et crimes de guerre Modifier

Il n'y a pas de nombre total exact de décès car beaucoup n'ont pas été enregistrés. De nombreuses études ont indiqué que plus de 60 millions de personnes sont mortes dans la guerre, pour la plupart des civils. L'Union soviétique a perdu environ 27 millions de personnes, [126] près de la moitié du nombre enregistré. [127] Cela signifie que 25 % des Soviétiques ont été tués ou blessés pendant la guerre. [128] Environ 85% du total des morts étaient du côté des Alliés, et les 15% restants étaient du côté de l'Axe. La plupart du temps, les gens sont morts parce qu'ils étaient malades, affamés à mort, bombardés ou tués en raison de leur appartenance ethnique.

Les nazis ont tué de nombreux groupes de personnes qu'ils ont sélectionnés, connus sous le nom de L'Holocauste. Ils ont exterminé les Juifs et tué les Roms, les Polonais, les Russes, les homosexuels et d'autres groupes. [129] Environ 11 [130] à 17 millions [131] civils sont morts. Environ 7,5 millions de personnes ont été tuées en Chine par les Japonais. [132] Le crime japonais le plus connu est le massacre de Nankin, au cours duquel des centaines de milliers de civils chinois ont été violés et assassinés. There were reports that the Germans and Japanese tested biological weapons against civilians [133] and prisoners of war. [134]

Although many of the Axis's crimes were brought to the first international court, [135] crimes caused by the Allies were not.

Concentration camps and slave work Edit

Other than the Holocaust, about 12 million people, mostly Eastern Europeans, were forced to work for the German economy. [136] German concentration camps and Soviet gulags caused a lot of death. Both treated prisoners of war badly. This was even the case for Soviet soldiers who survived and returned home.

Japanese prisoner-of-war camps, many of which were used as labour camps, also caused a lot of deaths. The death rate of Western prisoners was 27.1%, [137] seven times that of prisoners under Germans and Italians. [138] More than 10 million Chinese civilians were made slaves and had to work in mines and war factories. [139] Between 4 and 10 million people were forced to work in Java. [140]

Between 1942 and 1945, Roosevelt signed an order which made Japanese Americans go to internment camps. Some Germans and Italians were included too.

The Allies agreed that the Soviet Union could use prisoners of war and civilians for forced labor. [141] Hungarians were forced to work for the Soviet Union until 1955. [142]

Home fronts and production Edit

Before the war, in Europe, the Allies had a larger population and economy than the Axis. If colonies are included, the GDP of the Allies then would be two times that of the Axis. [143] While in Asia, China had only 38% higher GDP than the Japanese if their colonies are counted. [143]

The Allies' economy and population compared with the Axis' lessened with the early Axis victories. However, this was no longer the case after the United States and Soviet Union joined the Allies in 1941. The Allies were able to have a higher production level compared with the Axis because the Allies had more natural resources. Also, Germany and Japan did not plan for a long war and had no ability to do so. [144] [145] Both tried to improve their economies by using slave laborers. [146]

Femmes Modifier

As men went off to fight, women took over many of the jobs they left behind. At factories, women were employed to make bombs, guns, aircraft, and other equipment. In Britain, thousands of women were sent to work on farms as part of the Land Army. Others formed the Women's Royal Naval Service to help with building and repairing ships. Even Princess Elizabeth, who later became Queen Elizabeth II, worked as a mechanic to aid the war effort. By 1945 some weapons were made almost entirely by women.

In the beginning, women were rarely used in the labor forces in Germany and Japan. [147] [148] However, Allied bombings [149] [150] and Germany's change to a war economy made women take a greater part. [151]

In Britain, women also worked in gathering intelligence, at Bletchley Park and other places. The mass evacuation of children also had a major impact on the lives of mothers during the war years.

Occupation Edit

Germany had two different ideas of how it would occupy countries. In Western, Northern, and Central Europe, Germany set economic policies which would make it rich. During the war, these policies brought as much as 40% of total German income. [152] In the East, the war with the Soviet Union meant Germany could not use the land to gain resources. The Nazis used their racial policy and murdered a lot of people they thought non-human. The Resistance, the group of people who fought Germany secretly, could not harm the Nazis much until 1943. [153] [154]

In Asia, Japan claimed to free colonized Asian countries from European colonial powers. [155] Although they were welcomed at first in many territories, their cruel actions turned the opinions against them within a short time. [156] During the occupation, Japan used 4 million barrels of oil left behind by the Allies at the war's end. By 1943, it was able to produce up to 50 million barrels of oil in the Dutch East Indies. This was 76% of its 1940 rate. [156]

Developments in technology Edit

The war brought new methods for future wars. The air forces improved greatly in fields such as air transport, [157] strategic bombing (to use bombs to destroy industry and morale), [158] as well as radar, and weapons for destroying aircraft. Jet aircraft were developed and would be used in worldwide air forces. [159]

At sea, the war focused on using aircraft carriers and submarines. Aircraft carriers soon replaced battleships. [160] [161] [162] The important reason was they were cheaper. [163] Submarines, a deadly weapon since World War I, [164] also played an important part in the war. The British improved weapons for destroying submarines, such as sonar, while the Germans improved submarine tactics. [165]

The style of war on the land changed from World War I to be more moveable. Tanks, which were used to support infantry, changed to a primary weapon. [166] The tank was improved in speed, armour and firepower during the war. At the start of the war, most commanders thought that using better tanks was the best way to fight enemy tanks. [167] However, early tanks could harm armour just a little. The German idea to avoid letting tanks fight one another meant tanks facing tanks rarely happened. This was a successful tactic used in Poland and France. [166] Ways to destroy tanks also improved. Even though vehicles became more used in the war, infantry remained the main part of the army, [168] and most equipped like in World War I. [169]

Submachine guns became widely used. They were especially used in cities and jungles. [169] The assault rifle, a German development combining features of the rifle and submachine gun, became the main weapon for most armies after the war. [170]

Other developments included better encryption for secret messages, such as the German Enigma. Another feature of military intelligence was the use of deception, especially by the Allies. Others include the first programmable computers, modern missiles and rockets, and the atomic bombs.

The actual numbers killed in World War II have been the subject heretofore. Most authorities now agree that of the 30 million Soviets who bore arms, there were 13.6 million military deaths.

Pays Killed
USSR 13,600,000*
Allemagne 3,300,000
Chine 1,324,516
Japon 1,140,429
British Empire** 357,116
Romania 350,000
Pologne 320,000
Yougoslavie 305,000
États Unis 292,131
Italie 279,800

*total, of which 7,800,000 battlefield deaths
**Inc. Australia, Canada, India, New Zealand, etc.

Deaths among civilians during this war - many resulting from famine and internal purges, such as those in China and the USSR - were colossal, but they were less well documented than those among fighting forces. Although the figures are the best available from authoritative sources and present a broad picture of the scale of civilian losses, the precise numbers will never be known.

Pays Killed
Chine 8,000,000
USSR 6,500,000
Pologne 5,300,000
Allemagne 2,350,000
Yougoslavie 1,500,000
La France 470,000
Grèce 415,000
Japon 393,400
Romania 340,000
Hongrie 300,000

Germany, Italy, Japan, Hungary, Romania, Bulgaria

U.S., Britain, France, USSR, Australia, Belgium, Brazil, Canada, China, Denmark, Greece, Netherlands, New Zealand, Norway, Poland, South Africa, Yugoslavia

  1. ↑ While various other dates have been proposed as the date on which World War II began or ended, this is the time span that is most frequently cited.
  1. ↑ Keegan, John (1989), La seconde Guerre mondiale, Glenfield, Auckland 10, New Zealand: Hutchinson CS1 maint: location (link)
  2. Sommerville, Donald (2008). The Complete Illustrated History of World War II: An Authoritative Account of the Deadliest Conflicts in Human History with Analysis of Decisive Encounters and Landmark Engagements. p. 5. ISBN978-0-7548-1898-4 .
  3. ↑source list and detailed death tolls for the twentieth century hemoclysm.
  4. Beevor, Antony (2012). La seconde Guerre mondiale. Weidenfeld & Nicolson. p. 2. ISBN978-0-297-84497-6 .
  5. "Holocaust Encyclopedia". Military Operations in North Africa. United States Holocaust Memorial Museum. 29 January 2016 . Retrieved 6 February 2016 .
  6. ↑ Cite error: The named reference Britannica was used but no text was provided for refs named (see the help page).
  7. ↑ Gerhard Weinberg 1970. The foreign policy of Hitler's Germany diplomatic revolution in Europe 1933-36, Chicago: University of Chicago Press, p 346.
  8. ↑ Robert Melvin Spector. World without civilization: mass murder and the Holocaust, history, and analysis, p. 257
  9. Ian Dear Michael Richard Daniell Foot (2001). The Oxford companion to World War II. Oxford University Press, USA. p. 674. ISBN978-0-19-860446-4 .
  10. Weinberg, Gerhard L. (1995). A World at Arms: A Global History of World War II. La presse de l'Universite de Cambridge. p. 182. ISBN978-0-521-55879-2 .
  11. Hakim, Joy (1995). War, Peace and All That Jazz. Oxford University Press, USA. ISBN978-0-19-509514-2 .
  12. "Reparations and post-war Germany". Alpha History . Retrieved 23 August 2013 .
  13. Kantowicz, Edward R. (1999). The Rage of Nations. Wm. B. Eerdmans Publishing. p. 149. ISBN978-0-8028-4455-2 .
  14. Shaw, Anthony (2000). World War II day by day. MBI Publishing. ISBN978-0-7603-0939-1 . p. 35
  15. Preston, Peter (1998). Pacific Asia in the Global System: An Introduction. Wiley-Blackwell. p. 104. ISBN978-0-631-20238-7 .
  16. ↑ Ralph Steadman, Winston Smith 2004. All riot on the Western Front. Last gasp, p. 28. 978-0-86719-616-0
  17. Busky, Donald F. (2002). Communism in History and Theory: Asia, Africa, and the Americas. Groupe d'édition Greenwood. p. 10. ISBN978-0-275-97733-7 .
  18. Fairbank, John King Twitchett, Denis Crispin Loewe, Michael Chaffee, John W. Smith, Paul J. Franke, Herbert Mote, Frederick W. Feuerwerker, Albert Liu, Kwang-Ching Peterson, Willard J. MacFarquhar, Roderick (1978). The Cambridge History of China. La presse de l'Universite de Cambridge. p. 547. ISBN978-0-521-24338-4 .
  19. Bullock, A. (1962). Hitler: A study in tyranny. Livres Pingouin. ISBN978-0-14-013564-0 . CS1 maint: ref=harv (link) p. 162.
  20. Brody, J. Kenneth (1999). The Avoidable War: Pierre Laval & the politics of reality, 1935-1936. Transaction Publishing. p. 4. ISBN978-0-7658-0622-2 .
  21. Collier, Martin Pedley, Philip (2000). Germany 1919–45. Heinemann. p. 144. ISBN978-0-435-32721-7 .
  22. Kershaw, Ian (2001). Hitler, 1936-45: Nemesis. W. W. Norton & Company. pp. 121–122. ISBN978-0-393-32252-1 .
  23. Kershaw, Ian (2001). Hitler, 1936-45: Nemesis. W. W. Norton & Company. p. 157. ISBN978-0-393-32252-1 .
  24. Davies, Norman (2008). No Simple Victory: World War II in Europe, 1939-1945. Manchot. pp. 143–4. ISBN978-0-14-311409-3 .
  25. ↑ Andrew J. Crozier. The Causes of the Second World War, p. 151
  26. ↑ Shore, Zachary 2005. What Hitler knew: the battle for information in Nazi foreign policy. Oxford University Press, p. 108.
  27. Ian Dear Michael Richard Daniell Foot (2001). The Oxford companion to World War II. Oxford University Press, USA. p. 608. ISBN978-0-19-860446-4 .
  28. ↑ May, Ernest R (2000) (Google books). Strange Victory: Hitler's Conquest of France. I.B.Tauris. p. 93. 978-1-85043-329-3. Retrieved November 15, 2009.
  29. ↑ Zaloga Steven J,, Howard Gearad (2002) (Google books). Poland 1939: The Birth of Blitzkrieg. Éditions Osprey. p. 83. 978-1-84176-408-5. Retrieved November 15, 2009.
  30. ↑ Smith, David J. (2002) (Google books). The Baltic States: Estonia, Latvia and Lithuania. Routledge. 1st edition. p. 24. 978-0-415-28580-3. Retrieved November 15, 2009.
  31. ↑ Spring, D. W (April 1986). The Soviet Decision for War against Finland, 30 November 1939. Études Europe-Asie38 (2): 207–226.
  32. ↑ Hanhimäki, Jussi M (1997) (Google books). Containing Coexistence: America, Russia, and the "Finnish Solution". Kent State University Press. p. 12. 978-0-87338-558-9. Retrieved November 15, 2009.
  33. ↑ Murray, Williamson Millett, Allan Reed (2001). A War to Be Won: Fighting the Second World War. Presses de l'Université Harvard. 978-0-674-00680-5. p.55-6
  34. Weinberg, Gerhard L. (1995). A World at Arms: A Global History of World War II. La presse de l'Universite de Cambridge. p. 95, 121. ISBN978-0-521-55879-2 .
  35. ↑ Murray, Williamson Millett, Allan Reed (2001), A War to Be Won: Fighting the Second World War, Harvard University Press, 978-0-674-00680-5. p.57-63
  36. Reynolds, David (27 April 2006). From World War to Cold War: Churchill, Roosevelt, and the International History of the 1940s (Google books) . Oxford University Press, USA. p. 76. ISBN978-0-19-928411-5 . Retrieved 15 November 2009 .
  37. ↑ Crawford, Keith Foster, Stuart J (2007) (Google books). War, nation, memory: international perspectives on World War II in school history textbooks. Information Age Publishing. p. 68. 978-1-59311-852-5. . Retrieved November 15, 2009.
  38. ↑ Klaus, Autbert (2001). Germany and the Second World War Volume 2: Germany's Initial Conquests in Europe. Presses de l'Université d'Oxford. p. 311. Retrieved November 15, 2009.
  39. ↑ Bilinsky, Yaroslav (1999) (Google books). Endgame in NATO's Enlargement: The Baltic States and Ukraine. Groupe d'édition Greenwood. p. 9. 978-0-275-96363-7. Retrieved November 15, 2009.
  40. ↑ H. W. Koch. Hitler's 'Programme' and the Genesis of Operation 'Barbarossa'. The Historical Journal, Vol. 26, No. 4 (Dec. 1983), pp. 891-920
  41. Roberts, Geoffrey (2006). Stalin's Wars: From World War to Cold War, 1939–1953. Presse universitaire de Yale. p. 56. ISBN978-0-300-11204-7 .
  42. Roberts, Geoffrey (2006). Stalin's Wars: From World War to Cold War, 1939–1953. Presse universitaire de Yale. p. 59. ISBN978-0-300-11204-7 .
  43. Kelly, Nigel Rees, Rosemary Shuter, Jane (1998). The Twentieth Century World. Heinemann. p. 38. ISBN978-0-435-30983-1 .
  44. Goldstein, Margaret J (2004). La Seconde Guerre mondiale. Twenty-First Century Books. p. 35. ISBN978-0-8225-0139-8 .
  45. ↑ Murray, Williamson Millett, Allan Reed (2001). A war to be won: fighting the Second World War. Presses de l'Université Harvard. 978-0-674-00680-5. p. 233-45
  46. Clogg, Richard (2002). A Concise History of Greece. La presse de l'Universite de Cambridge. p. 118. ISBN978-0-521-80872-9 .
  47. ↑ Murray, Williamson Millett, Allan Reed (2001), A war to be won: fighting the Second World War, Harvard University Press, 978-0-674-00680-5. p. 263-267.
  48. Weinberg, Gerhard L. (1995). A World at Arms: A Global History of World War II. La presse de l'Universite de Cambridge. p. 229. ISBN978-0-521-55879-2 .
  49. ↑The London Blitz, 1940. Eyewitness to History. 2001. Retrieved March 11, 2008.
  50. Fairbank, John King Goldman, Merle (1994). China: A New History. Presses de l'Université Harvard. p. 320. ISBN978-0-674-11673-3 .
  51. Garver, John W. (1988). Chinese-Soviet Relations, 1937-1945: The Diplomacy of Chinese Nationalism. Oxford University Press on Demand. p. 114. ISBN0-19-505432-6 .
  52. Weinberg, Gerhard L. (1995). A World at Arms: A Global History of World War II. La presse de l'Universite de Cambridge. p. 195. ISBN978-0-521-55879-2 .
  53. Pravda, Alex Duncan, Peter J. S (1990). Soviet-British Relations Since the 1970s. La presse de l'Universite de Cambridge. p. 29. ISBN978-0-521-37494-1 .
  54. Klaus Reinhardt (Dr. Generalmajor i.G.) (1992). Moscow: The Turning Point?: The Failure of Hitler's Strategy in the Winter of 1941-42. Berg Publishing Limited. p. 227. ISBN978-0-85496-695-0 .
  55. ↑ Milward, A.S. (1964). The End of the Blitzkrieg. The Economic History Review. 16 (3): 499–518.
  56. Welch, David (1999). Modern European History, 1871-2000: A Documentary Reader. Psychology Press. p. 102. ISBN0-415-21582-X .
  57. ↑ Glantz, David M. (2001), Soviet‐German War 1941–45 Myths and Realities: A Survey Essay. p.31
  58. Gannon, James (2002). Stealing Secrets, Telling Lies: How Spies and Codebreakers Helped Shape the Twentieth Century. Brassey's. p. 76. ISBN978-1-57488-473-9 .
  59. Rich, Norman (1992). Hitler's War Aims: Ideology, the Nazi State, and the Course of Expansion. Norton. p. 178. ISBN978-0-393-00802-9 .
  60. ↑ AFLMA Year in Review, p. 32.
  61. Northrup, Cynthia Clark (2003). The American Economy: Essays and primary source documents. ABC-CLIO. p. 214. ISBN1-57607-866-3 .
  62. Weinberg, Gerhard L (2005). A World At Arms. La presse de l'Universite de Cambridge. p. 310. ISBN978-0-521-61826-7 .
  63. ↑ Morgan, Patrick M (1983). Strategic Military Surprise: Incentives and Opportunities. Éditeurs de transactions. p. 51. 978-0-87855-912-1.
  64. ↑ Wohlstetter, Roberta (1962). Pearl Harbor: Warning and Decision. Stanford University Press. pp. 341–43. 978-0-8047-0597-4.
  65. Dunn, Dennis J (1998). Caught Between Roosevelt & Stalin: America's Ambassadors to Moscow. Les Presses universitaires du Kentucky. p. 157. ISBN978-0-8131-2023-2 .
  66. Klam, Julie (2002). The Rise of Japan and Pearl Harbor. Black Rabbit Books. p. 27. ISBN978-1-58340-188-0 .
  67. Weinberg, Gerhard L. (1995). A World at Arms: A Global History of World War II. La presse de l'Universite de Cambridge. p. 339. ISBN978-0-521-55879-2 .
  68. Hane, Mikiso (2001). Modern Japan: A Historical Survey. p. 340. ISBN978-0-8133-3756-2 .
  69. Badsey, Stephen (2000). The Hutchinson Atlas of World War Two Battle Plans: Before and After. Taylor & amp Francis. p. 235-36. ISBN978-1-57958-265-4 .
  70. Gilbert, Martin (2004). The Second World War: A Complete History. Elsevier. p. 397-400. ISBN978-0-8050-7623-3 .
  71. Shukman, Harold (2002). Stalin's Generals. Author House. p. 142. ISBN978-1-84212-513-7 .
  72. Thomas, Nigel (1998). The German Army 1939–45 (2): North Africa & Balkans. Éditions Osprey. p. 8. ISBN978-1-85532-640-8 .
  73. Ross, Steven T. (1997). American War Plans, 1941-1945: The Test of Battle. Psychology Press. p. 38. ISBN0-7146-4634-2 .
  74. Collier, Paul (2003). The Second World War (4): The Mediterranean 1940–1945. Éditions Osprey. p. 11. ISBN978-1-84176-539-6 .
  75. ↑ Glantz. (1986), "Soviet Defensive Tactics at Kursk, July 1943", CSI Report No. 11., OCLC 278029256. Retrieved January 25, 2010.
  76. Glantz, David M. (1989). Soviet Military Deception in the Second World War. Psychology Press. p. 149–59. ISBN0-7146-3347-X .
  77. Kershaw, Ian (2001). Hitler, 1936-45: Nemesis. W. W. Norton & Company. p. 592. ISBN978-0-393-32252-1 .
  78. O'Reilly, Charles T. (2001). Forgotten Battles: Italy's War of Liberation, 1943-1945. Lexington Books. p. 35. ISBN978-0-7391-0195-7 .
  79. Healy, Mark (1992). Kursk 1943: The tide turns in the East. Éditions Osprey. p. 90. ISBN978-1-85532-211-0 .
  80. O'Reilly, Charles T. (2001). Forgotten Battles: Italy's War of Liberation, 1943-1945. Lexington Books. p. 32. ISBN978-0-7391-0195-7 .
  81. McGowen, Tom (2002). Assault from the Sea: Amphibious Invasions in the Twentieth Century. Lerner Publications. p. 43. ISBN978-0-7613-1811-8 .
  82. Lamb, Richard (1996). War In Italy, 1943-1945: A Brutal Story. Da Capo Press. p. 154-55. ISBN978-0-306-80688-9 .
  83. Hart, Stephen Hart, Russell Hughes, Matthew (2000). The German Soldier in World War II. Zenith Press. p. 151. ISBN978-0-7603-0846-2 .
  84. Blinkhorn, Martin (1994). Mussolini and Fascist Italy. Psychology Press. p. 52. ISBN0-415-10231-6 .
  85. Glantz, David M. (2001). The Siege of Leningrad, 1941-1944: 900 Days of Terror. Zenith Press. p. 166. ISBN978-0-7603-0941-4 .
  86. Havighurst, Alfred F. (1985). Britain in Transition: The Twentieth Century. Presse de l'Université de Chicago. p. 344. ISBN978-0-226-31971-1 .
  87. Zaloga, Steven J. (1996). Bagration 1944: The Destruction of Army Group Centre. Éditions Osprey. p. 7. ISBN978-1-85532-478-7 .
  88. Berend, Ivan (1996). Central and Eastern Europe, 1944-1993: Detour from the Periphery to the Periphery. La presse de l'Universite de Cambridge. p. 8. ISBN978-0-521-55066-6 .
  89. ↑Armistice Negotiations and Soviet Occupation. US Library of Congress. Retrieved November 14, 2009.
  90. Parker, Danny (2004). Battle of the Bulge: Hitler's Ardennes Offensive, 1944-1945. Da Capo Press. pp. xiii–xiv, 6–8, 68–70 & 329–330. ISBN978-0-306-81391-7 .
  91. O'Reilly, Charles T. (2001). Forgotten Battles: Italy's War of Liberation, 1943-1945. Lexington Books. p. 244. ISBN978-0-7391-0195-7 .
  92. Kershaw, Ian (2001). Hitler, 1936-45: Nemesis. W. W. Norton & Company. p. 823. ISBN978-0-393-32252-1 .
  93. Glantz, David M. House, Jonathan M. (1995). When Titans Clashed: How the Red Army Stopped Hitler. p. 34. ISBN978-0-7006-0899-7 .
  94. Chant, Christopher (1986). The Encyclopedia of Codenames of World War II. Routledge. p. 118. ISBN978-0-7102-0718-0 .
  95. Drea, Edward J. (2003). In the Service of the Emperor: Essays on the Imperial Japanese Army. University of Nebraska Press. p. 57. ISBN978-0-8032-6638-4 .
  96. Jowett, Philip (2002). The Japanese Army 1931–45 (1): 1931–42. Éditions Osprey. ISBN978-1-84176-353-8 .
  97. ↑ Glantz, David M (2005),
  98. "August Storm: The Soviet Strategic Offensive in Manchuria". Archived from the original on 2 March 2008. , Leavenworth Papers (Combined Arms Research Library), OCLC 78918907. Retrieved January 25, 2010.
  99. Donnelly, Mark (1999). Britain in the Second World War. Psychology Press. p. xiv. ISBN978-0-415-17425-1 .
  100. "World War Two and Germany, 1939-1945". BBC. Retrieved 22 July 2020 .
  101. Roberts, Geoffrey (2006). Stalin's Wars: From World War to Cold War, 1939–1953. Presse universitaire de Yale. p. 43. ISBN978-0-300-11204-7 .
  102. Roberts, Geoffrey (2006). Stalin's Wars: From World War to Cold War, 1939–1953. Presse universitaire de Yale. p. 55. ISBN978-0-300-11204-7 .
  103. Shirer, William L. (1990). The Rise and Fall of the Third Reich: A History of Nazi Germany. Simon and Schuster. p. 794. ISBN978-0-671-72868-7 . CS1 maint: ref=harv (link)
  104. Kennedy-Pipe, Caroline (1995). Stalin's Cold War. Manchester University Press. ISBN978-0-7190-4201-0 .
  105. Wettig, Gerhard (2008). Stalin and the Cold War in Europe. Rowman & Littlefield. pp. 20–21. ISBN978-0-7425-5542-6 .
  106. Senn, Alfred Erich (2007). Lithuania 1940: revolution from above. Rodopi. ISBN978-90-420-2225-6 .
  107. ↑History of the UN. United Nations. Retrieved January 25, 2010.
  108. Yoder, Amos (1997). The Evolution of the United Nations System. Taylor & amp Francis. p. 39. ISBN978-1-56032-546-8 .
  109. Kantowicz, Edward R (2000). Coming Apart, Coming Together. Wm. B. Eerdmans Publishing. p. 6. ISBN978-0-8028-4456-9 .
  110. Leffler, Melvyn P. Painter, David S (1994). Origins of the Cold War: An International History. Routledge. p. 318. ISBN978-0-415-34109-7 .
  111. Connor, Mary E. (2009). "History". In Connor, Mary E. (ed.). The Koreas. Asia in Focus. Santa Barbara: ABC-CLIO. pp. 43–45. ISBN978-1-59884-160-2 .
  112. Lynch, Michael (2010). The Chinese Civil War 1945–49. Botley: Osprey Publishing. p. 12-13. ISBN978-1-84176-671-3 .
  113. Betts, Raymond F. (2004). Decolonization. Routledge. pp. 21–24. ISBN978-0-415-31820-4 .
  114. Conteh-Morgan, Earl (2004). Collective Political Violence: An Introduction to the Theories and Cases of Violent Conflicts. Routledge. p. 30. ISBN978-0-415-94744-2 .
  115. Vess, Deborah (2001). "Chapter 7, The impact on colonialism: the Middle East, Africa, and Asia in crisis following World War II". AP World History: The Best Preparation for the AP World History Exam (Google books) . Research & Education Association. p. 564. ISBN978-0-7386-0128-1 . Retrieved 22 January 2010 .
  116. Harrison, Mark (1998). "The economics of World WarII: an overview". In Harrison, Mark (ed.). The Economics of World War II: Six great powers in international comparison. Cambridge : Cambridge University Press. pp. 34–35. ISBN978-0-521-62046-8 .
  117. Dear, I.C.B and Foot, M.R.D. (editors) (2005). "World trade and world economy". The Oxford Companion to World War II. Oxford : Oxford University Press. p. 1006. ISBN978-0-19-280670-3 . CS1 maint: multiple names: authors list (link) CS1 maint: extra text: authors list (link)
  118. Rudiger Dornbusch (1993). Postwar Economic Reconstruction and Lessons for the East Today. Wilhelm Nölling, Richard Layard, P. Richard G. Layard. MIT Press. p. 29-30, 32. ISBN978-0-262-04136-2 .
  119. Bull, Martin J. Newell, James (2005). Italian Politics: Adjustment Under Duress. Polity. p. 20. ISBN978-0-7456-1299-7 .
  120. Bull, Martin J. Newell, James (2005). Italian Politics: Adjustment Under Duress. Polity. p. 21. ISBN978-0-7456-1299-7 .
  121. Harrop, Martin (1992). Power and Policy in Liberal Democracies. La presse de l'Universite de Cambridge. p. 23. ISBN978-0-521-34579-8 .
  122. Dornbusch, Rüdiger Nölling, Wilhelm Layard, P. Richard G (1993). Postwar Economic Reconstruction and Lessons for the East Today. Massachusetts Institute of Technology Press. p. 117. ISBN978-0-262-04136-2 .
  123. Emadi-Coffin, Barbara (2002). Rethinking International Organization: Deregulation and Global Governance. Routledge. p. 64. ISBN978-0-415-19540-9 .
  124. Smith, Alan (1993). Russia And the World Economy: Problems of Integration. Routledge. p. 32. ISBN978-0-415-08924-1 .
  125. Harrop, Martin (1992). Power and Policy in Liberal Democracies. La presse de l'Universite de Cambridge. p. 49. ISBN978-0-521-34579-8 .
  126. Genzberger, Christine (1994). China Business: The Portable Encyclopedia for Doing Business with China. Petaluma, California: World Trade Press. p. 4. ISBN978-0-9631864-3-0 .
  127. ↑ "Rulers and victims: the Russians in the Soviet Union". Geoffrey A. Hosking (2006). Harvard University Press. p.242. 978-0-674-02178-5
  128. "Leaders mourn Soviet wartime dead". nouvelles de la BBC. 9 May 2005 . Retrieved 7 December 2009 .
  129. ↑ "The World's Wasted Wealth 2: Save Our Wealth, Save Our Environment". J. W. Smith (1994). p.204. 978-0-9624423-2-2
  130. Todd, Allan (2001). The Modern World. Presses de l'Université d'Oxford. p. 121. ISBN978-0-19-913425-0 .
  131. Florida Center for Instructional Technology (2005). "Victims". A Teacher's Guide to the Holocaust. University of South Florida . Retrieved 2 February 2008 .
  132. ↑ Niewyk, Donald L. and Nicosia, Francis R. The Columbia Guide to the Holocaust, Columbia University Press, 2000, pp. 45-52.
  133. Winter, J. M (2002). "Demography of the War". In Dear, I. C. B. Foot, M. R. D (eds.). Oxford Companion to World War II. Presses de l'Université d'Oxford. p. 290. ISBN978-0-19-860446-4 .
  134. Sabella, Robert Li, Fei Fei Liu, David (2002). Nanking 1937: Memory and Healing. M.E. Sharpe. p. 69. ISBN978-0-7656-0816-1 .
  135. "Japan tested chemical weapons on Aussie POW: new evidence". The Japan Times Online. 27 July 2004 . Retrieved 25 January 2010 .
  136. Aksar, Yusuf (2004). Implementing International Humanitarian Law: From the Ad Hoc Tribunals to a Permanent International Criminal Court. Routledge. p. 45. ISBN978-0-7146-8470-3 .
  137. Marek, Michael (27 October 2005). "Final Compensation Pending for Former Nazi Forced Laborers". dw-world.de. Deutsche Welle. Archived from the original on 19 January 2010 . Retrieved 19 January 2010 .
  138. "Japanese Atrocities in the Philippines". American Experience: the Bataan Rescue. PBS Online. Archived from the original on 19 January 2010 . Retrieved 18 January 2010 .
  139. Tanaka, Yuki (1996). Hidden Horrors: Japanese War Crimes in World War II. Presse Westview. pp. 2–3. ISBN978-0-8133-2718-1 .
  140. Ju, Zhifen (June 2002). "Japan's atrocities of conscripting and abusing north China draftees after the outbreak of the Pacific war". Joint Study of the Sino-Japanese War:Minutes of the June 2002 Conference. Harvard University Faculty of Arts and Sciences . Retrieved 18 February 2010 . External link in |work= (help)
  141. "Indonesia: World War II and the Struggle For Independence, 1942–50 The Japanese Occupation, 1942–45". Bibliothèque du Congrès. 1992 . Retrieved 9 February 2007 .
  142. ↑ Eugene Davidson "The death and life of Germany: an account of the American occupation". p.121
  143. Stark, Tamás. " " Malenki Robot" – Hungarian Forced Labourers in the Soviet Union (1944–1955)" (PDF) . Minorities Research . Retrieved 22 January 2010 .
  144. ↑ 143.0143.1
  145. Harrison, Mark (2000). The Economics of World War II: Six Great Powers in International Comparison. La presse de l'Universite de Cambridge. p. 3. ISBN978-0-521-78503-7 .
  146. Lindberg, Michael Daniel, Todd (2001). Brown-, Green- and Blue-Water Fleets: the Influence of Geography on Naval Warfare, 1861 to the Present. Praeger. p. 126. ISBN978-0-275-96486-3 .
  147. Cox, Sebastian (1998). The Strategic Air War Against Germany, 1939–1945. Frank Cass Publishers. p. 84. ISBN978-0-7146-4722-7 .
  148. Unidas, Naciones (2005). World Economic And Social Survey 2004: International Migration. United Nations Pubns. p. 23. ISBN978-92-1-109147-2 .
  149. Hughes, Matthew Mann, Chris (2000). Inside Hitler's Germany: Life Under the Third Reich. Potomac Books Inc. p. 148. ISBN978-1-57488-281-0 .
  150. Bernstein, Gail Lee (1991). Recreating Japanese Women, 1600–1945. Presse de l'Université de Californie. p. 267. ISBN978-0-520-07017-2 .
  151. Hughes, Matthew Mann, Chris (2000). Inside Hitler's Germany: Life Under the Third Reich. Potomac Books Inc. p. 151. ISBN978-1-57488-281-0 .
  152. Griffith, Charles (1999). The Quest: Haywood Hansell and American Strategic Bombing in World War II. DIANE Publishing. p. 203. ISBN978-1-58566-069-8 .
  153. Overy, R.J (1995). War and Economy in the Third Reich. Oxford University Press, USA. p. 26. ISBN978-0-19-820599-9 .
  154. Milward, Alan S (1979). War, Economy, and Society, 1939–1945. Presse de l'Université de Californie. p. 138. ISBN978-0-520-03942-1 .
  155. Hill, Alexander (2005). The War Behind The Eastern Front: The Soviet Partisan Movement In North-West Russia 1941–1944. Routledge. p. 5. ISBN978-0-7146-5711-0 .
  156. Christofferson, Thomas R Christofferson, Michael S (2006). France During World War II: From Defeat to Liberation. Fordham University Press. p. 156. ISBN978-0-8232-2563-7 .
  157. ↑ Cite error: The named reference Economic Development in Twentieth-Century East Asia: The International Context was used but no text was provided for refs named (see the help page).
  158. ↑ 156.0156.1
  159. Boog, Horst Rahn, Werner Stumpf, Reinhard Wegner, Bernd (2001). Militargeschichtliches Forschungsamt Germany and the Second World War—Volume VI: The Global War. Oxford: Clarendon Press. p. 266. ISBN978-0-19-822888-2 .
  160. Tucker, Spencer C. Roberts, Priscilla Mary (2004). Encyclopedia of World War II: A Political, Social, and Military History. ABC-CLIO. p. 76. ISBN978-1-57607-999-7 .
  161. Levine, Alan J. (1992). The Strategic Bombing of Germany, 1940–1945. Presse Greenwood. p. 217. ISBN978-0-275-94319-6 .
  162. Sauvain, Philip (2005). Key Themes of the Twentieth Century: Teacher's Guide. Wiley-Blackwell. p. 128. ISBN978-1-4051-3218-3 .
  163. Tucker, Spencer C. Roberts, Priscilla Mary (2004). Encyclopedia of World War II: A Political, Social, and Military History. ABC-CLIO. p. 163. ISBN978-1-57607-999-7 .
  164. Bishop, Chris Chant, Chris (2004). Aircraft Carriers: The World's Greatest Naval Vessels and Their Aircraft. Silverdale Books. p. 7. ISBN978-1-84509-079-1 .
  165. Chenoweth, H. Avery Nihart, Brooke (2005). Semper Fi: The Definitive Illustrated History of the U.S. Marines. Main Street. p. 180. ISBN978-1-4027-3099-3 .
  166. Hearn, Chester G. (2007). Carriers in Combat: The Air War at Sea. Stackpole Books. p. 14. ISBN978-0-8117-3398-4 .
  167. Burcher, Roy Rydill, Louis J. (1995). Concepts in Submarine Design. La presse de l'Universite de Cambridge. p. 15. ISBN978-0-521-55926-3 .
  168. Burcher, Roy Rydill, Louis J. (1995). Concepts in Submarine Design. La presse de l'Universite de Cambridge. p. 16. ISBN978-0-521-55926-3 .
  169. ↑ 166.0166.1
  170. Tucker, Spencer C. Roberts, Priscilla Mary (2004). Encyclopedia of World War II: A Political, Social, and Military History. ABC-CLIO. p. 125. ISBN978-1-57607-999-7 .
  171. Tucker, Spencer C. Roberts, Priscilla Mary (2004). Encyclopedia of World War II: A Political, Social, and Military History. ABC-CLIO. p. 108. ISBN978-1-57607-999-7 .
  172. Tucker, Spencer C. Roberts, Priscilla Mary (2004). Encyclopedia of World War II: A Political, Social, and Military History. ABC-CLIO. p. 734. ISBN978-1-57607-999-7 .
  173. ↑ 169.0169.1
  174. Cowley, Robert Parker, Geoffrey (2001). The Reader's Companion to Military History. Houghton Mifflin Harcourt. p. 221. ISBN978-0-618-12742-9 .
  175. Sprague, Oliver Griffiths, Hugh (2006). "The AK-47: the worlds favourite killing machine" (PDF) . controlarms.org. p. 1 . Retrieved 14 November 2009 .

Cite error: Cite error: <ref> tag with name "britannica" defined in <references> is not used in prior text. ().
Cite error: Cite error: <ref> tag with name "Economic Development in Twentieth Century East Asia: The International Context" defined in <references> is not used in prior text. ().


Histoires liées

Boulder King Soopers Shooting: Mental Illness Claim, Call for Delay

Democrats Unveil Trio of Gun-Control Bills at Legislature

The Red Flag lawsuit, submitted in May 2019 by attorney Barry Arrington, certainly bears out this assertion. The document quotes from this section of the Colorado Constitution's fifth article: "Every bill shall be read by title when introduced, and at length on two different days in each house provided, however, any reading at length may be dispensed with upon unanimous consent of the members present. All substantial amendments made thereto shall be printed for the use of the members before the final vote is taken on the bill, and no bill shall become a law except by a vote of the majority of all members elected to each house taken on two separate days in each house, nor unless upon its final passage the vote be taken by ayes and noes and the names of those voting be entered on the journal."

The text adds that these requirements "are mandatory. If either house fails to abide by these requirements in enacting a law, the law so enacted is invalid."

"Now, I don&rsquot want to claim a full-blown victory yet, because we all know how things can shake out in court," Dudley said in the wake of the Colorado Supreme Court's March 15 order. "But this ruling is a big step in the right direction. Patriot, I am more confident than ever we will WIN our Red Flag lawsuit in the Colorado Court of Appeals."

There's no evidence that Alissa's family tried to use the Red Flag law to try to take away his guns thus far, no evidence confirms that he'd been diagnosed with a mental illness.

Moreover, RMGO executive director Taylor Rhodes described the Boulder King Soopers attack as an "act of terror" in a March 23 statement. As noted by the Washington Post , theories that the shooter was "a jihadist or anti-Trump terrorist" &mdash the sort of designation that might distract from calls for gun-law reforms &mdash have been on the rise in the day since authorities identified Alissa, who was born in Syria but came to the United States at age three, as the suspected shooter.

Still, one key Colorado law intended to prevent mass shootings was already junked earlier this month: A Boulder District Court judge tossed out the city's assault-weapons ban on March 12, ten days before the shooting at King Soopers. According to Alissa's arrest affidavit, he purchased a Ruger AR-556 pistol like the one reportedly used at the King Soopers shooting four days later, on March 16. The City of Boulder is expected to appeal the ruling.

Keep Westword Free. Since we started Westword, it has been defined as the free, independent voice of Denver, and we would like to keep it that way. Offering our readers free access to incisive coverage of local news, food and culture. Producing stories on everything from political scandals to the hottest new bands, with gutsy reporting, stylish writing, and staffers who've won everything from the Society of Professional Journalists' Sigma Delta Chi feature-writing award to the Casey Medal for Meritorious Journalism. But with local journalism's existence under siege and advertising revenue setbacks having a larger impact, it is important now more than ever for us to rally support behind funding our local journalism. You can help by participating in our "I Support" membership program, allowing us to keep covering Denver with no paywalls.


Ford GT40 MK II Racing Coupe P/1016 1966 Ford GT40 P/1016 was dispatched by Ford Advanced Vehicles on September 11th,&hellip

The Shelby American Collection celebrates the rich heritage of the Cobra, Shelby Mustang and Ford GT 40 cars that changed the face of auto racing in the 1960s.

Thanks to the generosity of owners and collectors, we have some of the most important American cars ever made on display at our Boulder museum, along with an extensive collection of race records, period photographs, memorabilia and tributes to the pioneer drivers and visionaries of the era including Carroll Shelby, Ken Miles, Dan Gurney, Bob Bondurant, Phil Hill, Phil Remington and other Shelby American Team members.

The museum and this website are dedicated to serve as a resource for all enthusiasts, and to memorialize & preserve one of the most important eras in American automotive history for all generations.


3. Almanac Stamp of 1765 or 1766

(Courtesy of Siegel Auction Gallery) The Battle of Yorktown (Credit: Fine Art Images/Heritage Images/Getty Images)

The Stamp Act, passed by British Parliament in 1765, often cited as one of the immediate causes of the American Revolution, was, in fact, a tax. It was levied on American paper used for legal, official or everyday useful documents: ship’s papers, business licenses, calendars, declarations, inventory, etc. 𠅎ven playing cards. The “stamp” was applied to paper to denote that the tax had been paid. While the money demanded by the act was quite low and the act was repealed the following year, the damage was done.

The colonies were incensed at the notion that they could be taxed by anyone outside their elected assemblies. Mob violence and intimidation followed, forcing stamp tax collectors to resign their positions and driving away ships carrying stamp papers at seaports. Colonial orators, like Patrick Henry, as well as newspapers, seized on the issue of English tyranny taking the form of taxation without representation, building the wave to revolution some 10 years later.


Sisyphus

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Sisyphus, In Homer’s Iliade, Book VI, Sisyphus, living at Ephyre (later Corinth), was the son of Aeolus (eponymous ancestor of the Aeolians) and the father of Glaucus. In post-Homeric times he was called the father of Odysseus through his seduction of Anticleia. Both men were characterized as cunning. Sisyphus was the reputed founder of the Isthmian Games, a festival of athletic and musical competitions in honour of the sea god Poseidon.

Who is Sisyphus?

Sisyphus is a figure in Homer’s Iliade and other works of Greek mythology. He is reputed to be the founder of the Isthmian Games and is a trickster who receives eternal punishment for trying to cheat Death.

How does Sisyphus cheat Death?

Post-Homeric legend claims that when Death comes for Sisyphus, Sisyphus cheats him by capturing him. Death escapes, however, and ensnares Sisyphus, though not before Sisyphus has told his wife not to bury his body or perform traditional funeral sacrifices. Consequently, he is allowed to return from the underworld, supposedly to punish his wife for her omission. He then lives a full life before dying, a second time, in his old age.

Why is Sisyphus punished?

The attempts of Sisyphus to trick Death, including his capture of Death and his return from the underworld, result in his punishment by Zeus.

How is Sisyphus punished?

Sisyphus is punished in the underworld by the god Zeus, who forces him to roll a boulder up a hill for eternity. Every time he nears the top of the hill, the boulder rolls back down.

What does “Sisyphean” mean?

The term Sisyphean describes a task that is impossible to complete. It refers to the punishment that Sisyphus receives in the underworld, where he is forced to roll a boulder up a hill repeatedly for eternity.

Later legend related that when Death came to fetch him, Sisyphus chained Death up so that no one died. Finally, Ares came to aid Death, and Sisyphus had to submit. In the meantime, Sisyphus had told his wife, Merope, not to perform the usual sacrifices and to leave his body unburied. Thus, when he reached the underworld, he was permitted to return to punish her for the omission. Once back at home, Sisyphus continued to live to a ripe old age before dying a second time.

Sisyphus was, in fact, like Autolycus and Prometheus, a widely popular figure of folklore—the trickster, or master thief. Clearly, he is everlastingly punished in Hades as the penalty for cheating Death, but why he is set to roll a great stone incessantly is a puzzle to which no convincing answer has yet been given. It appears to belong with other Greek imaginings of the world of the dead as the scene of fruitless labours.

The figure of Sisyphus inspired an existentialist classic, Albert Camus’s Myth of Sisyphus: Essay on the Absurd (1942).


Voir la vidéo: Victory Unveiled (Août 2022).