Podcasts sur l'histoire

12 juillet 1941

12 juillet 1941



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

12 juillet 1941

Juillet

1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031

Diplomatie

Signature d'un accord d'assistance mutuelle anglo-soviétique



Où nous en sommes

De Le militant, Vol. V n° 28, 12 juillet 1941, p.ن.
Transcrit et balisé par Einde O’Callaghan pour le Encyclopédie du trotskisme en ligne (ETOL).

Les limites militaires de l'Union soviétique

Il est sans aucun doute vrai que même dans les meilleures circonstances, l'Union soviétique, dans un sens strictement militaire, ne pouvait pas, à l'heure actuelle, être à la hauteur de l'Allemagne. Par le meilleur des cas, on entend une situation où l'Union soviétique serait dirigée par un parti comme celui qui a apporté la victoire aux ouvriers et aux paysans russes dans les années 1917–82111920.

Même si Lénine et Trotsky étaient vivants et guidaient les destinées de l'Union soviétique, la force militaire de l'Allemagne serait supérieure à celle de l'Union soviétique. Pour la simple raison que la puissance militaire d'une nation dépend à long terme du développement de ses industries et de ses transports. Rien de ce que Lénine et Trotsky auraient pu faire n'aurait réussi à élever la capacité productive générale de l'Union soviétique à un niveau égal à celui de l'Allemagne. La capacité industrielle de l'Union soviétique serait bien supérieure à ce qu'elle est si les conditions du régime Lénine-Trotsky avaient continué à prévaloir jusqu'à présent. La destruction de la démocratie ouvrière par la bureaucratie stalinienne a été le plus grand facteur de retard du développement de l'industrie soviétique. Car dans un système de planification, le droit des travailleurs de contrôler et de critiquer est une garantie de la bonne exécution des plans. Enlevez cela tout de suite et substituez-y la volonté incontrôlée du bureaucrate et la production planifiée perd une très grande partie de son efficacité.

La bureaucratie stalinienne a dans une large mesure annulé les énormes potentialités de l'économie planifiée. Tant la quantité que la qualité des produits (surtout la qualité) ont souffert parce que les masses soviétiques n'avaient le droit que d'exécuter les plans des bureaucrates. La force de l'Union soviétique aurait été infiniment plus grande, du point de vue de sa capacité industrielle, si les masses avaient été directement impliquées dans la formulation et l'exécution des plans.

En plus d'affaiblir l'Union soviétique sur le front industriel, Staline a sapé la force de l'Armée rouge en supprimant et en exécutant plus de quatre-vingt-dix pour cent des commandants les plus hauts et les plus qualifiés. Chez ceux pour qui le noir est blanc et le noir blanc, la destitution de tant de généraux et d'amiraux constitue un renforcement de l'armée, mais les gens d'intelligence moyenne et non aveuglés par une loyauté fanatique au stalinisme reconnaîtront facilement l'effet démoralisant que la suppression de tant de beaucoup d'officiers supérieurs devaient nécessairement avoir fait partie de l'Armée rouge.

Même si l'on devait accepter le mensonge absurde et vicieux selon lequel tous les commandants exécutés étaient des fascistes, cela laisserait toujours une armée sans les services d'officiers ayant l'expérience et la capacité nécessaires pour la diriger contre un instrument aussi puissant que l'armée allemande.

Ces faits signifient-ils que l'Union soviétique, en toutes circonstances, serait vouée à la défaite ? Pas du tout!
 

La politique révolutionnaire pourrait vaincre Hitler

Car l'Union soviétique, fût-elle sous la direction marxiste révolutionnaire, est en possession d'une arme qui est refusée à tout pays capitaliste, l'arme de la propagande révolutionnaire, l'appel puissant aux masses par-dessus la tête, de leurs dirigeants. Les marxistes révolutionnaires à la tête de l'Union soviétique utiliseraient pleinement cette arme et c'est cette arme qui ferait plus que compenser la faiblesse militaire relative de l'Union soviétique.

Staline n'est pas capable d'utiliser et n'utilisera pas cette arme toute-puissante. Cela est déjà indiqué par le fait choquant que les traditions héroïques de la Révolution d'Octobre et de la période de la guerre civile n'ont pas été invoquées.

Au lieu de cela, les ouvriers et les paysans russes sont sollicités sur la base de traditions qui n'ont rien à voir avec leur glorieux passé révolutionnaire. Voici quelques joyaux glanés Travailleur de tous les jours:

Tout le monde sait à quel point les Russes se sont battus vaillamment lors de la bataille sur la glace du lac Peipus, le 5 avril 1242, lorsque les chevaliers de l'Ordre teutonique ont été mis en déroute, les lointains prédécesseurs des fascistes d'aujourd'hui. (Travailleur de tous les jours, 25 juin)

« Le monde entier connaît la splendide victoire historique des Russes et de leurs alliés – les Polonais et les Lituaniens » près de Tannenberg au XVe siècle, en juillet 1410. Le destin du monde slave était alors en jeu. Les chevaliers allemands teutoniques jetèrent la fleur de leurs forces dans le combat. La bataille fut féroce. Les Allemands étaient complètement en déroute. Dès lors, l'Ordre teutonique se brisa et alla jusqu'à sa fin peu glorieuse. ” (Travailleur de tous les jours, 26 juin)

“Au XVIe siècle, les troupes d'Ivan le Terrible mettent en déroute les envahisseurs allemands dans la Baltique. La lutte pour les États baltes a été longue, s'étalant sur des dizaines d'années, une lutte pleine d'héroïsme sans précédent de la part des Russes. ” (Travailleur de tous les jours, 26 juin)

Il est évident que Staline évite tout ce qui a quelque rapport avec la tradition révolutionnaire des ouvriers russes. Il veut assurer ses alliés capitalistes de sa respectabilité. Alors que Churchill et Roosevelt annoncent ouvertement leur hostilité au communisme (qu'ils confondent bien sûr avec le stalinisme), Staline n'a pas un mot à dire sur le capitalisme.

En effet, les glorieuses traditions de la révolution d'Octobre sont complètement étrangères à la bureaucratie stalinienne. Mais ils sont une partie vivante de l'Union soviétique, inspirant les ouvriers et les paysans russes à une lutte acharnée contre l'ennemi capitaliste. Si les masses russes gagnent, ce sera malgré la bureaucratie stalinienne.


La lutte des nègres

De Le militant, Vol. V n° 28, 12 juillet 1941, p.م.
Transcrit & balisé par Einde O’ Callaghan pour le Encyclopédie du trotskisme en ligne (ETOL).

Comment défendre l'Union soviétique

La semaine dernière, nous avons expliqué que les travailleurs, noirs et blancs, ont pour tâche de défendre l'Union soviétique contre ses ennemis impérialistes, malgré les crimes de Staline contre la classe ouvrière mondiale parce que l'Union soviétique est un État ouvrier et parce que sa défaite par les impérialistes renforcerait considérablement les patrons dans leur exploitation et leur oppression des travailleurs partout. Cette semaine, nous voulons discuter de la façon dont les travailleurs, et en particulier les travailleurs noirs, peuvent au mieux défendre l'Union soviétique.

Par défense de l'Union soviétique, il faut bien comprendre, tout d'abord, nous, trotskystes, n'entendons pas du tout la même chose que les staliniens. Ils ne défendent pas les mêmes choses que nous, et ils ne les défendent pas de la même manière.

Ce qu'ils défendent en Union soviétique avant tout, c'est le stalinisme, le pouvoir, les privilèges et les théories de la bureaucratie corrompue qui a pris le contrôle de l'État. Ce que NOUS défendons, ce sont les vestiges de la plus grande révolution de tous les temps, les relations de propriété nationalisées, le fondement économique qui, s'il est étendu, conduira au socialisme et à un nouveau type de société.

Par exemple, il y a un mois, les staliniens, estimant que les États-Unis lorsqu'ils entreraient en guerre seraient probablement dans une alliance dirigée contre l'Union soviétique, ont passé tout leur temps à dénoncer les préparatifs de guerre du gouvernement américain et à essayer de l'empêcher de entrer en guerre avec des mesures militaires complètes. Dans le cadre de sa propagande, le Parti communiste s'est penché sur la question nègre et Jim Crowism, a montré à quel point les slogans de Roosevelt sur « une guerre pour la démocratie » sont faux.

Puis vint l'invasion nazie de l'Union soviétique. Et maintenant, la politique des staliniens dans ce pays n'est pas de sortir et de rester en dehors de la guerre, mais d'y entrer le plus rapidement possible. En conséquence, presque tous les arguments corrects utilisés par les staliniens il y a un mois ont été jetés par-dessus bord aujourd'hui. Les Travailleur de tous les jours n'insiste plus sur les contradictions entre une guerre pour la démocratie à l'étranger et le Jim Crowism à l'intérieur. Il ne critique plus Roosevelt que parce qu'il tarde à entrer en guerre. Il appelle le peuple noir à ne pas s'opposer à la guerre, mais à faire pression sur Roosevelt pour hâter l'entrée américaine.

Bref, pour obtenir une alliance entre Staline et Roosevelt, les staliniens sont prêts à tout laisser tomber, y compris la lutte contre Jim Crowism.
 

Les staliniens et la marche nègre

Un exemple concret du changement dans leur approche du problème nègre est la marche des nègres récemment annulée sur Washington. Avant l'invasion de l'Union soviétique, les staliniens critiquaient amèrement les dirigeants de la Marche parce qu'ils étaient liés à la machine de guerre de Roosevelt, parce que leurs exigences étaient inadéquates, parce qu'ils n'exigeaient pas que le gouvernement soutienne les anti-lynchages et anti-lynchages. les factures d'impôt sur le scrutin, parce qu'ils n'exigeaient pas que le gouvernement reste en dehors de la guerre, etc. Lorsque l'administration Roosevelt a commencé à faire pression sur Randolph et White et les autres dirigeants de la Marche, Travailleur de tous les jours avertit les nègres de faire attention à ne pas se soumettre à la pression et d'annuler la marche.

Puis vint l'invasion et quelques jours plus tard, Randolph céda à Roosevelt, et en échange d'un ordre exécutif salvateur qui accordait très peu, a annulé la marche. Si cela s'était produit une semaine plus tôt, les staliniens auraient élevé l'enfer sacré, attaquant et condamnant Randolph. Mais puisque les staliniens avaient maintenant une nouvelle ligne, ils n'ont prononcé aucun mot de critique que la marche avait été annulée. Certes, ils ont vu ce qu'ils ont appelé quelques « échappatoires » dans le décret de Roosevelt, mais leur Congrès national des Noirs l'a qualifié de « grand pas en avant ».

Nous voulons avertir les Noirs qui observent les développements de la ligne stalinienne de s'attendre à un renversement complet et ouvert du jour au lendemain. S'ils faisaient cela, ils perdraient rapidement toute l'influence qu'ils ont maintenant parmi les nègres militants. Ils n'abandonneront pas leur demande pour l'adoption d'un projet de loi anti-lynch, par exemple. Après tout, de nombreux « libéraux » qui soutiennent également la guerre impérialiste, pensent toujours qu'il serait bon d'adopter un tel projet de loi. Mais les staliniens n'en feront plus grand cas et soutiendront certainement les plans de guerre de Roosevelt malgré son refus de soutenir le projet de loi anti-lynchage.
 

Nous nous battons contre Jim Crow

Contrairement à la ligne stalinienne, le Socialist Workers Party ne trouve aucune contradiction entre la défense révolutionnaire de l'Union soviétique et la poursuite de la lutte militante pour les droits des travailleurs et des Noirs.

Comme le dit le Manifeste du Parti socialiste ouvrier :

« La méthode pour défendre l'Union soviétique est de poursuivre la lutte de classe contre les impérialistes. Défendez les droits des travailleurs contre les briseurs de grève du gouvernement ! Construisez le pouvoir de la classe ouvrière jusqu'à ce qu'elle devienne le pouvoir gouvernemental. C'est le meilleur service que les ouvriers américains puissent rendre à leurs frères de l'Union soviétique.”

En d'autres termes, les Noirs conscients de leur classe doivent continuer leur lutte contre le Jim Crowism. Avec leurs frères blancs, ils doivent aider à substituer au système actuel d'exploitation et de discrimination, un système de fraternité socialiste qui aidera à résoudre nos problèmes ici et à défendre l'Union soviétique en même temps.


Franklin D. Roosevelt à Winston Churchill (12 juillet 1941)

TÉLÉGRAMME
À : AMBASSADE 12 juillet 1941
LONDRES
SECRET DU PRESIDENT A L'ANCIEN NAVAL.
⁠ NOUS AVONS EU UN EXAMEN APPROFONDI DE L'ENSEMBLE DE VOTRE RÉSERVOIR
SITUATION ICI AU COURS DES DERNIERS JOURS ET JE PEUX MAINTENANT
VOUS DONNER LES RÉSULTATS SUIVANTS.
⁠ NOUS PRÉVOYONS AUGMENTER NOTRE PIC DE PRODUCTION DE NOS
RÉSERVOIR MOYEN DE 600 À 1000 PAR MOIS ATTEINDRE CET OBJECTIF
D'ICI LE 1 AVRIL 1942. NOUS CONSTRUISONS 600 RÉSERVOIRS MOYENS DE PLUS
QUE NOUS AVONS PRÉVU AVANT LE 1ER JANVIER. NOUS ALLONS AUGMENTER
NOTRE PRODUCTION DE RÉSERVOIRS LÉGERS DE 150 PAR MOIS POUR QUE NOUS
AURA 900 RÉSERVOIRS LÉGERS DE PLUS AVANT LE 1ER JANVIER que
NOUS AVONS PRÉVU. EN ASSURANT QUE CES HORAIRES SONT MAINTENUS,
ET JE CROIS QUE CE SERA, ÇA SIGNIFIE QUE NOUS POUVONS VOUS DONNER
800 À 1000 RÉSERVOIRS LÉGERS ET 800 À 1000 RÉSERVOIRS MOYENS AVANT
AU 1 JANVIER. JE VOUS ENVERRAI DANS QUELQUES JOURS L'EXACT
CALENDRIER DE CES.
NOUS POUVONS AUSSI A PARTIR DU 1 AOT COMMENCER LA FORMATION DE 500
VOUS TANK CORPS MEN DANS CE PAYS SI VOUS PENSEZ QUE
SERAIT UTILE. VOULEZ-VOUS ME FAIRE CONNAÎTRE BIENTT
POUR QUE NOUS POUVONS FAIRE NOS PLANS IMMÉDIATEMENT.


Histoire du baseball le 12 juillet

Naissances de baseball le 12 juillet / Décès de baseball le 12 juillet

Joueurs nés le, morts le, débuts le, terminé le 12 juillet

L'histoire du baseball au 12 juillet comprend un total de 53 joueurs de baseball de la Ligue majeure nés ce jour-là de l'année, 19 joueurs de baseball de la Ligue majeure décédés à cette date, 54 joueurs de baseball qui ont fait leurs débuts dans la Ligue majeure à cette date et 62 joueurs de baseball de la Ligue majeure. joueurs qui ont participé à leur dernier match à cette date.

Bill James, sur la même page du même livre que nous avons utilisé en haut de cette page, a dit : "Mais alors que je commençais à faire des recherches sur l'histoire du baseball (afin de discuter plus intelligemment des joueurs), j'ai commencé à sentir qu'il y avait était une histoire de baseball qui n'avait pas été écrite à l'époque, une histoire de bons joueurs ordinaires, une histoire de fan, une histoire de jeux qui signifiaient quelque chose à l'époque mais qui ne signifient rien maintenant. » À cette fin, j'ai ont créé Baseball Almanac. Un site pour adorer le baseball. Un site par un fan qui essaie de raconter l'histoire de bons et ordinaires joueurs de baseball.


Barre latérale principale

S'ABONNER

Catégories

Derniers podcasts

Liens vers d'autres podcasts

Podcasts sur l'histoire navale australienne
Cette série de podcasts examine l'histoire navale de l'Australie, mettant en vedette une variété d'experts en histoire navale du Naval Studies Group et d'ailleurs.
Produit par le Naval Studies Group en collaboration avec le Submarine Institute of Australia, l'Australian Naval Institute, la Naval Historical Society et le RAN Seapower Center

Podcasts de la vie en ligne
Life on the Line traque les vétérans de guerre australiens et enregistre leurs histoires.
Ces enregistrements sont accessibles via Apple iTunes ou pour les utilisateurs Android, Stitcher.


Faits saillants de l'histoire de Y-12

Une ère d'activité intense qui comprenait la construction de Y-12, l'achèvement de sa mission pendant la Seconde Guerre mondiale de séparer l'uranium 235 pour Little Boy - la première bombe atomique jamais utilisée dans la guerre, et le début de sa nouvelle mission de fabrication de composants en uranium pour armes nucléaires.

1942 Septembre — Décision de construire une usine de séparation électromagnétique (Y-12) dans l'est du Tennessee
Décembre — Site spécifique sélectionné
1943 1er février — Coup de pied pour Y-12
18 février — Premier bâtiment commencé (9201-1)
Mars - L'usine pilote du bâtiment 9731 a été le premier bâtiment achevé
Mars — 14 700 tonnes d'argent empruntées pour enrouler des bobines d'aimants Calutron
Août — Bâtiment 9201-1 (Alpha 1) achevé
Septembre — Première piste alpha de Calutrons terminée
Octobre — Bâtiment 9201-2 (Alpha 2) achevé
Novembre — Bâtiment 9201-3 (Alpha 3) achevé
Novembre — Bâtiment 9204-2 (Beta 2 terminée
Décembre — Problèmes de démarrage majeurs avec la piste alpha
1944 Janvier — La deuxième piste alpha de Calutrons est entrée en service
Mars — Premier Uranium 235 séparé, traité et expédié à Los Alamos
Mai — Bâtiment 9201-5 (Alpha 5) achevé
Octobre — Bâtiment 9201-4 (Alpha 4) achevé
Novembre — Bâtiment 9204-1 (Beta 1) achevé
1945 Mars — Bâtiment 9204-3 (Beta 3) achevé
Juillet — Bâtiment 9204-4 (Beta 4) achevé
Juillet/août — Environ 22 000 personnes travaillaient au Y-12
6 août — L'uranium-235 séparé électromagnétiquement par la centrale Y-12 est utilisé dans Little Boy, la bombe atomique larguée sur Hiroshima, au Japon
1946 Août — Y-12 produit les premiers isotopes stables — la genèse du programme d'isotopes médicaux
Décembre — Tous les calutrons sont fermés à l'exception de ceux du bâtiment 9731 et de la bêta 3
1947 Avril — Effectifs réduits à moins de 3 000
Juillet — L'uranium de K-25 réduit à la technologie d'usinage des métaux et de l'uranium apporté de Los Alamos à Y-12 pour commencer la prochaine mission majeure de Y-12 de fabrication de composants en uranium pour les armes nucléaires.
1948 Mars — Premières pièces d'armes nucléaires fabriquées à Y-12
1949 19 mars — Les portes de la « Ville secrète » s'ouvrent — Y‑12 n'est toujours sur aucune carte

Une décennie d'activité accrue, de nouvelles missions et une croissance énorme en stature. La séparation du zirconium, la séparation du lithium et la fabrication de composants pour les essais et le déploiement d'armes thermonucléaires ont dominé la scène décrite par Alex Zucker comme une « heure grisante » à Y‑12.

1950 Janvier - Développement de la bombe à hydrogène annoncé par le président Truman
Usinage de précision à grande échelle du béryllium à Y-12
Hafnium séparé du zirconium pour produire du zirconium pur pour le gainage du combustible des réacteurs nucléaires
Mars - Beta 3 utilisé pour des expériences avec des cyclotrons et la séparation des isotopes stables par Oak Ridge National Laboratory
1951 Procédé ELEX (électrique) développé pour séparer le lithium 6
Expérience sur l'azote dans 63 pouces. Un cyclotron en bêta 3 prouve que la bombe H n'enflammerait pas l'atmosphère
1952 Les expériences ont commencé à utiliser 86 pouces. Cyclotron dans Alpha 2
Le procédé OREX (organique) a tenté de séparer le lithium 6
Octobre — Premier dispositif thermonucléaire testé
1953 Procédé ELEX mis en production en Beta 4 avec 50 000 moteurs d'agitation
Octobre — Premières pièces en hydrure de lithium usinées à Y‑12
Novembre — Premières pièces d'essai de dispositif thermonucléaire produites et assemblées à Y‑12
1954 Octobre — Le premier lot de pièces thermonucléaires est assemblé et expédié de Y‑12
1955 Des procédés COLEX installés dans Alpha 4 et Alpha 5 pour séparer le lithium 6
Des déversements de mercure se sont produits entre 1953 et 1963 dans le ruisseau East Fork Poplar
1957 Système amélioré de purification de l'uranium conçu et installé
1958 Presse de 7 500 tonnes installée
1959 Le processus COLEX dans Alpha 5 est arrêté car Alpha 4 répond à toutes les demandes de production

Une période d'expansion et d'améliorations constantes des capacités d'usinage a amené Y-12 à l'avant-garde de l'usinage et de la mesure de précision. L'informatisation et des avancées majeures telles que les machines à commande numérique à broches à air et les outils de coupe diamantés sont visibles sur le site.

1960 Première machine à commande numérique installée à Y‑12
1961 Y-12 officiellement reconnu comme ayant les meilleures installations et capacités d'usinage de précision au pays
1962 L'ère de l'usinage ultrafin commence à Y-12 à l'aide d'outils de coupe diamantés, d'interféromètres et de broches à coussin d'air - une invention Y-12 qui a permis un usinage de haute précision où "1/10ème" est généralement compris comme signifiant "1/10 000ème" de pouce.
1963 Processus COLEX arrêté dans Alpha 4
1964 La broche à coussin d'air est installée sur un tour de production à commande par bande
1966 La broche à coussin d'air s'avère être une percée technologique majeure en matière d'usinage et la technologie est transférée à l'industrie privée
1967 Y-12 produit les « boîtes lunaires » de la NASA pour ramener sur Terre des échantillons géologiques de la surface lunaire
Y-12 organise la première journée portes ouvertes dans le bâtiment 9737 en conjonction avec la célébration du 25e anniversaire d'Oak Ridge

Y-12 s'éveille aux réalités des exigences environnementales comme préalables nécessaires à la mission et au renouvellement d'infrastructures vieilles de 30 ans. Les missions continuent de se développer et la contribution vitale de Y-12 à la lutte contre la guerre froide est bien établie.

1970 Les préoccupations environnementales liées à l'amiante, aux PCB, à la peinture au plomb, etc., ont un impact significatif sur les opérations de Y-12
La dernière des 14 700 tonnes d'argent empruntées au Trésor américain est rendue lorsque les aimants du bâtiment 9731 sont convertis des enroulements d'argent en cuivre
1972 Y-12 commence le démontage de la « surveillance des stocks » pour étudier les effets du vieillissement des armes nucléaires
1974 L'AEC devient l'Energy Research and Development Administration et la Nuclear Regulatory Commission
Début de la recherche sur la séparation isotopique par laser à vapeur atomique à Y‑12
Programmes de restauration des systèmes de services publics et de restauration des capacités de production lancés
1975 Les installations Y-12 sont utilisées pour stocker de l'uranium hautement enrichi qui n'est pas dans une arme nucléaire
1977 Le ministère de l'Énergie créé pour remplacer l'ERDA

Une période de charge de travail extrêmement lourde et d'activités 24 heures sur 24 à Y‑12. Quelque 8 000 personnes ont travaillé fébrilement pour fabriquer autant de secondaires d'armes nucléaires que possible, sachant que la pression était exercée sur Y-12 pour ouvrir la voie à la victoire de la guerre froide. Et ce fut le cas lorsque le rythme imposé par les travailleurs Y-12 a réussi à briser le dos économique de l'Union soviétique et à mettre fin à la guerre froide.

1982 Mise à niveau majeure de la sécurité à Y‑12
1983 Premières mesures prises pour fermer « S-3 Ponds »
Le problème du mercure a fait surface et des audiences du Congrès ont eu lieu au Musée américain des sciences et de l'énergie d'Oak Ridge
1984 Martin Marietta Energy Systems, Inc. sélectionné pour gérer les installations du DOE à Oak Ridge, Paducah et Portsmouth, y compris Y-12
1986 Y-12 remporte un prix spécial pour avoir le meilleur programme de fabrication intégré par ordinateur au pays
1988 Début des travaux de la marine pour le sous-marin Seawolf
1989 La production de la guerre froide a amené 8 000 personnes à travailler 24 heures sur 24 pour produire des armes nucléaires, ce qui a brisé le dos économique de l'Union soviétique alors qu'elle tentait de suivre le rythme de Y-12

Une décennie de changement radical d'une production élevée à des réductions d'armes et des retours pour le démontage. Premières incursions dans la non-prolifération des armes nucléaires lorsque les pays de l'ex-Union soviétique avaient besoin d'aide pour protéger les matières nucléaires. La technologie et les compétences formidables de Y-12 sont intégrées dans tous les États du syndicat pour aider l'industrie privée. Y-12 devient un Centre National de Prototype.

1990 La guerre froide prend fin avec l'effondrement de l'Union soviétique et l'ouverture du mur de Berlin
1991 Première réduction d'armes annoncée par les États-Unis
1992 Première arme nucléaire démontée pour être stockée à Y-12 commençant une nouvelle mission de stockage
1993 Y-12 célèbre son 50e anniversaire
Le nouveau programme de partage de la technologie et de l'expertise Y-12 avec l'industrie conduit à des années d'assistance fournie à l'industrie privée dans tous les États du pays
1994 Y-12 dirige une équipe qui transporte par avion de l'uranium enrichi du Kazakhstan vers les États-Unis (Projet Sapphire)
L'uranium hautement enrichi excédentaire est placé sous contrôle international à Y-12.
23 septembre — Y-12 est fermé en raison de problèmes de conduite des opérations — redémarrage requis
1997 Y-12 répond à l'exigence d'un système d'armes B61-11 amélioré avant la date prévue
Le Congrès désigne Y-12 le National Prototype Center
1998 La première unité de production est rencontrée avant la date prévue pour le programme d'extension de vie W87.

Un temps d'esprit renouvelé, de revitalisation et de modernisation. Le premier nouveau bâtiment de production en 30 ans est achevé, un nouveau bâtiment de stockage d'uranium enrichi est construit comme l'emplacement le plus sûr au monde et deux nouveaux immeubles de bureaux donnent un tout nouveau visage à Y-12.

2000 Administration nationale de la sécurité nucléaire créée par le Congrès
Le nom de l'usine Oak Ridge Y-12 a été changé pour Y-12 National Security Complex
Novembre — BWXT Y-12 choisi pour gérer Y-12
2001 La réduction de l'empreinte commence par la démolition des bâtiments en bois de l'ère du projet Manhattan
2002 Autorisation obtenue pour la construction d'une nouvelle installation de stockage d'uranium
Début du programme de recapitalisation des installations et des infrastructures pour réduire l'empreinte
2003 Début de la construction de l'installation de purification, la première grande installation de production à être construite à Y-12 depuis plus de 30 ans
Y-12 célèbre son 60e anniversaire
2004 Début de la construction de l'installation de matériaux d'uranium hautement enrichi (HEUMF), le plus grand effort de conception à Y-12 en plus d'une décennie
Les matières nucléaires et les conceptions de procédés remises par la Libye sont transférées à Y-12, dont certaines sont exposées lors d'un événement médiatique auquel assiste le secrétaire à l'Énergie Spencer Abraham
Le président Bush inspecte les matières nucléaires libyennes sécurisées à Oak Ridge, et Condoleezza Rice exprime sa gratitude pour le soutien des Y-12 dans la lutte contre les armes de destruction massive
Le programme de prolongation de la durée de vie du W87 est terminé avec succès et dans les délais
Une nouvelle installation de stockage s'ouvre pour préserver les documents historiques Y-12, elle utilise les technologies de protection des documents utilisées dans les nouvelles bibliothèques présidentielles Bill Clinton et Dwight D. Eisenhower
Décembre — L'approbation du « besoin de mission » est obtenue pour une nouvelle installation de traitement de l'uranium (UPF)
2005 Beta 3 Calutrons a ouvert ses portes au public pour la première fois et plus de 2 000 personnes assistent à des visites guidées pendant le Secret City Festival
Début de la conception initiale de l'installation de traitement de l'uranium
Décembre — Approbation obtenue pour commencer la construction d'installations financées par le secteur privé à Y-12 — une première pour la NNSA
2006 Construction arrêtée sur HEUMF en raison de problèmes de qualité
Début de la construction de deux nouvelles installations à financement privé, d'une installation d'interface publique et d'un immeuble de bureaux principal
Création d'une initiative pour un fournisseur de formation externe avec la formation sur le terrain nucléaire et radiologique
2007 Mars — Le complexe de sécurité nationale Y-12 désigné centre d'excellence pour l'uranium de la National Nuclear Security Administration
Juillet — emménagement dans les centres New Hope et Jack Case, qui sont les premiers établissements financés par le secteur privé de Y-12 et comprennent le Centre d'histoire Y-12
Juillet — Approbation de la décision critique de la FPU – 1 (niveau de référence préliminaire)
2008 Mai — Création du premier atelier national étranger avec l'Institut Kurchatov
Ajout d'un programme d'initiative de fournisseur de formation externe Techniques radiologiques appliquées
Septembre — Construction de l'HEUMF terminée
29 septembre — Visite publique de HEUMF avant l'ajout de fonctionnalités de sécurité
2009 Touches finales apportées à HEUMF et mouvement de matières nucléaires spéciales initié
Janvier 2009 — Ajout de programmes d'initiative de fournisseur de formation externe, programme de formation à la réponse aux alarmes et Académie de sécurité chimique
Avril — L'American Recovery and Reinvestment Act apporte 292 millions de dollars pour financer trois projets : Enlever les matériaux stockés dans les bâtiments 9201-5 et 9204-4 et la cour de stockage ouest, démolir cinq bâtiments et une partie d'un autre et réparer les conduites d'égout pluvial
Été — Y-12 a fait don de deux wagons-citernes historiques au Southern Appalachian Railway Museum
Été — Y-12 a commencé à mettre en œuvre une infrastructure de communication sans fil, le premier site de la NNSA à demander l'approbation pour l'utilisation d'un système sans fil
Lancement d'une initiative visant à mélanger 12 tonnes d'uranium de qualité militaire pour rendre 220 tonnes d'uranium faiblement enrichi adaptées aux réacteurs nucléaires

Alors que nous poursuivons la transformation de Y-12 après avoir passé une décennie à démolir 300 bâtiments et à ériger quatre nouvelles structures, l'accent est mis sur la construction de l'usine de traitement de l'uranium. La réputation de sécurité de Y-12 est contestée par les manifestants des armes nucléaires. Les leçons tirées de cet événement et le dévouement continu au service du stockage d'uranium du pays, du traitement de l'uranium et de la non-prolifération des matières nucléaires restent au premier plan des missions de Y-12 dans les années 2010.


En ce jour de l'histoire du sport 12 juillet

En ce jour de 1901, le lanceur des Américains de Boston, Cy Young, a remporté sa 300e victoire en carrière, battant les Philadelphia Athletics.

Ce jour-là en 1914, Babe Ruth a fait ses débuts dans les grandes ligues en lançant pour les Red Sox de Boston.

En ce jour de 1931, les Cardinals de St. Louis et les Cubs de Chicago se sont combinés pour 23 doubles en un seul match.

En ce jour de 1951, le lanceur des Yankees de New York Allie Reynolds n'a pas touché les Indians de Cleveland, 8-0.

Ce jour-là en 1979, les White Sox de Chicago ont organisé une "Disco Demolition Night" à Comiskey Park, ce qui rend les fans fous et force les White Sox à déclarer forfait.

En ce jour de 1984, le lanceur des Phillies de Philadelphie Steve Carlton a retiré son 100e frappeur de la saison sur des prises. C'était la 18e saison consécutive que le gaucher a retiré 100 frappeurs ou plus sur des prises.

Ce jour-là en 1990, le lanceur des White Sox de Chicago, Melido Perez, n'a pas touché les Yankees dans un match de six manches. Le match a été écourté à cause de la pluie.

En ce jour de 2011, la Ligue nationale a battu la Ligue américaine 5-1 au Chase Field de Phoenix, en Arizona.

Ce jour-là en 1996, Michael Jordan des Chicago Bulls a signé un contrat d'un an de 25 millions de dollars.


Blog d'Amit Paranjape

12 juillet 1961, ce jour fatidique restera à jamais gravé dans l'histoire de Pune. Une journée qui a changé l'histoire et la géographie de cette grande ville. Appelez cela une mauvaise coïncidence, mais deux événements qui se sont produits à presque exactement 200 ans d'intervalle ont joué un rôle essentiel dans l'histoire de Pune dans la mesure où ils ont été ajoutés au lexique marathi local. Le premier fut la 3e bataille de Panipat en 1761 et le second : le déluge du Panshet. “पानिपत झालं” (Panipat zala) et “पानशेत झालं” (Panshet zala) sont des termes couramment utilisés aujourd'hui pour désigner une grande catastrophe.

Il y a un demi-siècle, le nouveau barrage de Panshet en construction avait commencé à développer certains problèmes, avant même d'être achevé. Contre certaines recommandations, le barrage était en cours de remplissage pendant la mousson de 1961. Des fissures ont commencé à se développer et pourtant, il y a eu beaucoup de débats pour savoir si le barrage était en danger imminent et réel. Lisez cet article technique pour un bon résumé technique de ce qui s'est mal passé chez Panshet : http://nptel.iitm.ac.in/courses/IIT-MADRAS/Hydraulics/pdfs/Unit41/41_2.pdf

Un vaillant effort ultime de l'armée Jawans a réussi à retarder l'inévitable de quelques heures. Ces quelques heures m'ont beaucoup aidé. Sans ce grand effort, où des milliers de sacs de sable ont été déployés, le barrage aurait éclaté au milieu de la nuit, faisant des ravages pour les habitants endormis de Pune. Le retard de quelques heures signifie que l'éclatement s'est produit tôt le matin et que le mur d'eaux de crue a atteint Pune plus tard dans la matinée. Le déluge des eaux de crue de Panshet a également brisé le plus petit barrage de Khadakwasla, plus en aval.

Les résidents ont commencé à recevoir des avertissements tôt le matin et les autorités ont commencé à déplacer les résidents vivant près de la rivière. De nombreux résidents ont fui vers des terrains plus élevés, certains jusqu'à la colline de Parvati. Apparemment, All India Radio n'a diffusé aucun avertissement et diffusait un programme musical régulier lorsque les inondations ont frappé. Les zones basses de la vieille ville étaient presque entièrement submergées. À l'exception du Bund Garden Bridge, tous les ponts étaient également sous l'eau. L'eau s'est précipitée dans l'ancien ‘Peths’ et le long de Karve Road, dans les zones de Deccan Gymkhana. Pendant de nombreuses heures, les niveaux d'eau élevés ont persisté. En gros, le réservoir d'eau de Panshet stocke suffisamment d'eau pour tous les besoins de la ville de Pune aujourd'hui (les besoins d'aujourd'hui sont probablement 5 à 10 fois supérieurs aux besoins des années 1960). Imaginez que toute cette eau s'écoule en quelques heures seulement ! Pour vous donner une idée du niveau de l'eau, il suffit de visualiser le premier étage de l'Abasaheb Garware College (MES) sur Karve Road, presque complètement immergé ! Certaines personnes et secouristes essayaient de naviguer dans les zones de Deccan Gymkhana, FC/JM Road dans de petits bateaux.

Les niveaux d'eau ont finalement commencé à baisser tard dans la nuit. Les inondations ont complètement coupé l'approvisionnement en électricité et en eau. Le 12 juillet était une nuit sombre et pluvieuse à Pune – avec des rumeurs qui circulaient toujours. Certains d'entre eux ont signalé d'autres inondations en cours de route (même si les barrages avaient été vidés à ce moment-là..). Lorsque les eaux de crue se sont retirées, elles ont laissé derrière elles une traînée de destruction et un désordre boueux. Le nettoyage et la reconstruction ont duré plusieurs mois. L'ancien paysage de la ville riveraine a changé à jamais. De nouvelles localités (telles que Lokmanya Nagar, Gokhale Nagar, etc.) ont été créées pour réinstaller certains des citoyens touchés par les inondations. La plupart des ponts étaient endommagés et nécessitaient des réparations et, dans certains cas, une reconstruction complète. With Khadakwasla and Panshet dams completely drained, there was no water supply for the city. The Peshwa era Katraj water aqueduct was used to meet some water requirements. Wells were another source. Wadas that had wells had to prominently list ‘Well’ on their main door – so that, the water source could be be made available.

I have found a series of good articles about the Panshet flood disaster, including many firsthand accounts. Some of these links are listed below. I will continue to add more links here. If you come across any good articles, do let me know. Also if you have personal memories from your own experiences, or from your friends & families, please share them here in the comments section.

Indian Express Headline: July 12, 1961 http://twitpic.com/5owvo0

पानशेत प्रलय आणी मी – मधुकर हेबळे ( ‘Panshet Pralay Ani Mi’ – Madhukar Heble)

Partagez ceci :

Comme ça:

En rapport

36 Responses

Subscribe to comments with RSS.

At the height of the floods when the water was released from Panshet, the sluice gates of the Khadakwasla dam mal-functioned. NDA and the Khadakwasla village were under serious threat of flooding. The day was saved by blowing up the Khadakwasla dam by rockets fired from Helicopter: a visual spectacle for the onlookers. Pieces of the original dam can be seen near the Khadakwasla dam.

Sahakar Nagar, a residential locality behind the Parvati hills, was born as a direct result of the floods. Residents from the Peth areas flocked to the higher grounds of Sahakar nagar, to secured plots available at throwaway prices. Sahakar Nagar retains much of the “Peth culture” just as Kothrud does.

Panshet flood indeed was a major event. My uncle’s family, which used to live very close to the river near Vijay theater, and his sister’s family in Narayan peth were affected by it. My uncle moved to Prashant Nagar (10 minutes from Alaka theater) still was closer to river. However, they got the land for Rs. 0.50 per sqft that time and took it. There is another colony there called Nissan Huts which were temporary shelters created for folks who got displaced. In my school, which is next to the river on junction of Prabhat Road and Karve Road, there was a line marked in our Assembly Hall indicating the level of the water at peak of the flood. It is at a level of second floor! When I was studying there, we used to keep an eye on the river level during the monsoon. There was a mark on the banks of the river and the general notion was that if water rises above that, they will declare holiday! It never did.

Hi Gaurav – Thanks for your comments. Had always thought that Khadakwasla dam fell through under the weight of the Panshet waters.

Hi Pradeep – Thanks for your comments. I think you are referring to Vimlabai Garware School. I remember a similar flood water level line on the ground floor of Abasaheb Garware College, Karve Road.

Got this comment from a friend:

————————-
I lived through Panshet pralay. On Deccan Gymkhana a lot of things changed and I have quite a few instances that affected me personally, Deccan Gymkhanaites collectively as we had to organize sentry work under direction of Madhu Lokhande for all youngsters of the colony with 3-4 hour shifts 24࡭ to protect against poachers and thieves, and our eternal abode Cafe Good Luck. That was also the fist experience of unkept promises by the government, on one hand and fabulous J.M. Road construction, cutting across Hanum,an Hill and extension of Law college road across the khind with sprawling Nissan huts for resettlement……
————————–

Wiki on Khadakwasla dam also alludes to the incident “In 1961, the Khadakwasla Dam had to be blown, as the Panshet Dam overflowed, causing devastating floods in the city of Pune. The dam was later rebuilt.” The rockets fired from the chopper part is as told to me by a local claiming to be an eyewitness.

Maybe any names that start with “Pan” are not auspicious for Pune and Puneites.

For people who suffered thru the Panshet disaster, the memories must be very traumatic. A slightly humorous story as told by one of my relatives is about a huge Jafarabadi buffalo getting stuck on the top terrace of a house. She was carried there by the flood water, but once the water receded she was stuck as she was too big to climb down the narrow stairway. Eventually, after more pressing matters had been tackled, the government officials sent a crane to pick her up and put her down.

I was in class 8 , in a school near Sassoon, then, and came home that afternoon with a bunch of classmates who lived in Deccan. They couldnt reach home because both Lakdi pool, and Sangam bridge were under water, I remember us going up Parvati that evening , (it was close to my house) and seeing oceans of brown water with stuff like cupboards and furniture floating around. Some doctor ladies very close to us lived in Narayan Peth, behind the Vijay talkies area. They lived in a very old house with a well, and their old father, a vedic scholar in his 70’s , climbed up on to a tree by the side of the well, and stayed up there for several hours . The well ended up receiving a lot of trash and junk, not to mention tons of silt . Many years later, when they had it emptied and cleaned, they found some wonderful swords and weapons at the bottom, that belonged to Shivaji’s time. The father , the vedic scholar was an old freedom fighter who was sent to jail , and it is said that he threw the family heirloom swords ad stuff into the well, to hide it from the British officers, before he went to jail.

Some very interesting happenings post the flood. The doctor ladies I mention, owned some land behind their house which was trespassed upon by a tabela, and the owner with his buffaloes etc refused to vacate all these years. Post the flood, he had no interest in staying on, willingly went away, and thats where the Paranjape Clinic stands today, in Narayan Peth.

I also remember people speaking in a definitive manner about the steeple of Onkareshwar mandir being under water. Apparently, it was never submerged in any of the previous floods. The fact that it was, now, was a sign of something, and was considered a divine comment on the calamity.

The next morning after the flood, we saw a whole bunch of people and big crowds, rushing past our house from SP towards Peshwe park, carrying utensils and bags. Turns out, some miscreants had generated a rumour about another dam bursting, and Tilak Rd was supposed to be in line for flooding from the Alka theatre side. Folks returned back to their homes to find stuff ransacked.

Hi Suranga – Thanks for your detailed comments!

I was 8 at that time ,when flood news came, my mother came and took me from school to home,I remember it clearly.All the people were running vehemently from west to east on laxmi road. taking their household etc.on handcarts and on heads After comming from school my mother took me on gadgil steet.I strongly remember the collapse of a mud structured house at 500 feet away by the force of water.It was a horrible experiance on my little mind of 8.Next day my father took me to see the havoc on different peths.A foul smell of mud was all around .A stinky smell of grains was also there.I saw the cine talkies which showed the 1 run of pictures like jis desh me ganga baihti hai in hindavijay ,sarural at vasant talkies We had 1 month vacation for innundation.I saw some people who got mad.

@Gaurav Chattur, the story of rocketing by helicopter told to you is a figment of imagination of your source who must have watched the movie ” Dam Busters”. First of all, and I am a close witness and later volunteer, no helicopters ever made an appearance. IAF did not have helicopters with rockets attached to them in 1961. An uncle of mine was the Sqadron leader at Lohegaon airbase and they were not mobilised. Later that day, Bombay Engineering Group was mobilised from Khadki for relief work to make the Railway bridge passable at night for people to cross over.
What happened at Khadakwasla was that sheer volume and speed of water created a breach at 2.30 AM. On the down stream side, we have the Central Water and power Research station (CWPRS). They were on constant watch for the previous day and once panshet started oozing copious amounts and flood reached Khadakwasla dam, the authorities took their laboratory camera equipment, generator powered flood lights and have filmed the events of the night. There is a clear cascade over the dam wall and at 2.30 AM, a spray of water shoots from a lower level of the cascade indicating the breach. I have seen this film many times as we were connected with CWPRS. This film was part of the enquiry into Panshet and Khadakwasla dam bursts. The superintending engineer at Panshet was Mr.Bhalerao and was the main target of enquiry with lots of rumours circulating.
We lived off Apte road , opposite Kanade hostel, near shrutimangal karyalaya. Apte road went under water by 9.30 AM and the water rose to 12 feet by 11 AM. Our home was at a higher level , but we still had 5 ft water by 11 AM . We were lucky, we could shift most assets to first floor amidst ridicule by neighbours, who never thought at 9AM that our building would be flooded. Our landlord was shouting at my brother and me for panicking. He had not seen what we had seen at 7.30 AM from the 3rd floor balcony of MES college where we had gone for NCC parade. The flow in Mutha river was fast and furious unlike previous monsoon flows. We had no idea that Khadakwasla had breached nor was it common knowledge that Panshet was in trouble 2 days before. There were no warnings, Radio broadcast was normal. No police activity. People had gone to schools , offices as usual. When we were standing on the ground the college peon beckoned Our NCC officer/chemistry prof R.N.Vidwans from 3rd floor shouting. When we reached , what we saw was unforgettably shocking. Bhagwat saheb said this is too big and said we should rush home and warn. We biked back shouting to people along erandawane, Deccan Gym, PYC gym, good luck area and on to FC, past Suresh Kalmadi’s dad’s clinic and on to our road. We didnt see our mom at home as she had gone near Hindvijay on JM rd along with outher ladies to see the flood! Taht was 8.30 AM. We biked to Neera Kendra to find the ladies of our building. By then JM road was flooded ankle deep. Still seriousness had not set in our area and apte road.

After we got the ladies home, we started bundling things and carrying them up to first floor much to the amusement of neighbours and chagrin of our Landlord. We just finished locking up our home after switching off mains ( By then power was already out and we had not known that) and we left for higher grounds in Ferguson college. My dad and kid sister were on the otherside of river at Golibar Maidan. No phones were working. we had no info about them .

We came back from FC by 5Pm by which time water had drained off, leaving 2feet deep clay muck. our neighbours at lower levels had received carcasses of animals.

Late that night my Dad walked home at 1 AM carrying my sister. He had gone and collected her from her school by noon when he heard about the flood. He also didnt know what had happened. PMT buses were off road. He walked from Golibar maidan via Shankershet road and Tilak road and found roads blocked. Finally he crossed over railwaybridge at Sangam! and walked home . He said he had seen dozens of bodies.

We spent the night on first floor. No food or water was available.
Next morning, we ventured out to get Milk only to realise that the area had changed completely. Near Bank of Maharashtra on the Lodge side opposite Hind Vijay , there was a human body entangled in the electric wires on the pole. That sight hardened me.

We reported To capt RN Vidwans and were taken right away to the BEG army group who were mobilised. Next one month we were helping in clearing the Narayan Peth to Omkareshwar stretch, house by house. Yes, I can relate to the report above about the presence of a buffalo shed near Vijay talkies area. One of those buffalos was stranded on the terrace of a 4 floor riverside building and was rescued, by Jawans Of BEG with ropes , not by helicopter!

I still have a memorabilia that had floated to my home, a Satyanarayan bhagwan photo that had embedded in the muck, minus glass or frame but with no damage to the paper! I can say more, but then life moves on!

Thanks for your detailed comments! Really great to see such a detailed account of your firsthand experience!

Adding another followup comment from Vasuki that I got via email:

Dear Amit,
How can I forget that day in 1961. The scale might have been matched only by the 9/11 World trade centre event in New York in terms of visual and cerebral impact. After that day I have seen many more such calamities including 2 major cyclone-floods in my current home city of Muscat, Oman. However these events pale in significance compared to how Pune was physically destroyed but mentally and spiritually the Punekar and his city was never mauled.

I was trawling the net for recap articles and came across your blog. I planned to write later today, but the input about rocketing Khadakwasla spurred me into action immediately. You see, I was connected to the events that happened then. The first floor of building I mentioned in my blog was occupied by Mr.Venkatraman, a deputy director at CWPRS and was on the site directing lab camera, that’s how I saw the film many times. Infact he could return home from Khadakwasla only on 14th July after winding up the recording of various readings. Secondly my Uncle Sq.Ldr N.K.Ramprasad was second in command at the Airforce base at Lohegaon. Helicopters those days were not equipped to fire rockets, as the recoil system was not available and night time helicopter ops were not possible and the most modern equipment was the Hawker Hunter Fighter. My uncle came visiting us late that night to see whether we are alright. He brought us bread and biscuits from their canteen stores. Incidentally, I have one more association with Khadakwasla- my great grandfather was junior to Sir M.Vishweshwarayya who designed the flood gates of that dam. Incidentally, the gates did not jam. Authorities wrongly or rightly did not simply operate the gates that night. Many accused them of compounding the disaster by not letting out khadakwasla water before panshet water came to the dam. However, that woould mean watyers hitting Pune by 10PM of 11th July and that would have meant floods in darkness in areas where people were asleep! So, one is never sure!

I have many more experiences of the next six weeks. Human spirit and teh ‘veerata” of my true maharashtrian brethren can never be forgotten. Life was tough, but no one cribbed. all were helping each other. people shared whatever they could lay hands on in supplies. It was always share and share alike. I learnt more in those 6 weeks in managing people than I learnt at IIM ahmedabad a decade later. After NCC work from 8AM to 2PM, I used to go with Bhagwatsaheb to Maharashra Mandal , Tilak road to help in the kitchen that cooked food for distribution in camps at SP, Narayan peth and so on. Never felt tired, inspite of the stench in the mornings where we cleaned up. We were never sure of what we would find when we gingerly let the army supplied spade dig into a pile of muck.
Namaskar and Jai hind

My parents wedding was to take place on 14th July 1961. Suvarna Smriti Mangal Karyalaya near Cafe Good Luck was hired for the purpose. All of a sudden Panshet dam waters rushed into the streets of Deccan Gymkhana and the marriage hall got under water. The “baratis” from the groom’s side were on their way to Pune from Bagalkot/Bijapur by railway train . In the morning after 9-30 am when the train crossed Daund junction, they could see horrified citizens running for their lives by the railway tracks. Panshet dam water’s havoc in Pune meant the marriage ceremony was almost uncertain. On the bride’s side there was total chaos as the very home of my mother near Apte road was feets under water on 12th July itself. Somehow they cleaned the house . But that relief was shortlived. The next day the lakdi bridge remained under water and the route to the temporary marriage hall in the premises of SP College was blocked. Somehow they reached the place.

There was no question of the ceremony taking place in Suvarna Smriti Karyalay. In these out-of-the world circumstances a close acquaitance ,Prof. Gaydhani ( Professor of History in SP College, Tilak Road) , came to rescue. Owing to his untiring efforts and limitless energy and above all the genuine urge to help and solve the insurmountable difficulties that the Puneites had found themselves in due to the dam waters , a temporay place was made available for marriage near SP College. The entire ceremony could be conducted without any hitch and with customary elegance on 14th July 1961. It was against the backdrop of the entire Pune city being enveloped in darkness and despair due to the dam burst. A uniue marriage ceremony of its kind was witnessed by the relatives and those serving the assembled guests on that eventful day.

Hi Rahul – Thanks for adding this great story!

It was a great insight to read so many first hand accounts of the floods in Pune. I had heard a lot of stories from my relatives, but I never had much details. Thanks Amit for this blog post and ensuring that we have accurate details about the disaster of 1961.

Akshay, Thanks for the feedback.

Very good recap of the event in Pune history. I passed on your blog to my parents. My mother used to stay near Deccan Gymkhana those days. They lost almost everything in flood. She narrated her memories to us. It took six months for them to get back on track again.

Thank Amit for writing this. Also thanks from my mother, she has asked me to convey special thanks for writing this.

I was in 6- B th Std. @ Ground Floor-NES Ramanbaug scool, Morning Shift, was leaving @ Apte Road, Gymkhana, crossed Lakadi Pool on bycycal, @ about 7a.m. water level was at Deccan Bus Stand, Lakadi Pool spill over holes, Narayanpeth Road, half cycle wheel depth. Reachd school, they closed cycle Stand, and No classes were held. I went back to waeds my Aunts House, 1418 Kasaba, lane leading to river, Near Navapool, throudh AppaBalawant Chauk, on way met My Aunt and Grand Mother being carried away by one Mr. Raghu @ Navagraha Temple, Water had reachrd up to there. We went to my other Aunts house @ SP college, and took refuse there. My Aunts house @ 1418 Kasaba Peth was complrtly wiped out. For next week I could not come back to Deccan, and meet my perents, A week Later Walked down over Lakadi Pool, which was only arks & no road, animals and human bodies were hanging from road side cables. No water & Electricity and Floor mills for next 15 Days. j'ai

Avinash – Thanks for your comments. Looks like your comment got truncated at the end?


July 12, 1979: 'The Night Disco Died' — Or Didn't

In 1979, rock DJ Steve Dahl donned a combat helmet to blow up a crate of disco records, a stunt now known as Disco Demolition.

Paul Natkin/Curbside Splendor

It was the summer of 1979, and disco was taking over the world. Donna Summer, Chic and Gloria Gaynor were at the top of the charts. Just a few months earlier, the Saturday Night Fever soundtrack had been named Album of the Year at the Grammy Awards. Radio stations were switching to all-disco formats.

Steve Dahl, then a 24-year-old disc jockey, was mad. He had been fired from a Chicago radio station when it, too, went all-disco. In his new job at a rival rock station, he took out his frustration by destroying disco records on the air.

"Back in the day when we had turntables, I would drag the needle across the record and blow it up with a sound effect," Dahl says. "And people liked that."

Pretty soon, station reps and Chicago White Sox promoters had the crazy idea of actually blowing up disco records. The team was averaging just 16,000 fans a game and would have done anything to fill Comiskey Park. So, on a muggy Thursday night doubleheader with the Detroit Tigers, fans could bring a disco record and get in for less than $1. What transpired came to be known as "Disco Demolition" and is the subject of Dahl's new book Disco Demolition: The Night Disco Décédés, co-written with Dave Hoekstra.

L'enregistrement

A Rational Conversation: How Deep Is The Disco Revival?

At the time, Jim Maines was a long-haired, working-class 19-year-old from the South Side. "We thought we'd be the only ones that showed up that night, but when we got there, it was unbelievable," he says. He was among roughly 50,000 rowdy fans, some of whom started using records as Frisbees. ("Oh, you can throw them very hard," Maines says. "It was like a big party in there.")

Also at the game was a teenaged usher named Vince Lawrence, who says he'd hoped to snag a few disco records to take home. Then an aspiring musician who was saving up money for a synthesizer, he says he was one of the few African Americans there that night. Soon, he began to notice something about the records some people were bringing.

"Tyrone Davis records, friggin' Curtis Mayfield records and Otis Clay records," he recalls. "Records that were clearly not disco," but that were by black artists.

After the Sox lost the first game, a giant crate full of records was placed in the outfield. Dahl, the disgruntled disc jockey, donned a combat helmet and military jacket and led chants of "disco sucks." Then they blew up the crate. The explosion scattered records high into the air and left a crater in center field.

But Maines says the pitcher still started to warm up for the second game. "And then all of a sudden, somebody ran by him from the stands. And then once they seen one person run by, then everybody started going over the wall," he says. An estimated 7,000 people slid down the foul poles, lit things on fire and literally stole the bases. The White Sox had to forfeit the second game.

"I was faced with some guy rushing up to me, snapping a record in half in in my face and going, 'Disco sucks! Ya see that?'" Lawrence says. "Like an overt statement to me like I was inherently disco."

Over the years, Disco Demolition came to be seen as a not-so-subtle attack against disco's early adopters: blacks, Latinos and gay people. Dahl, who helped write the new book, calls this revisionist history.

"When you see the images of Disco Demolition, it looks like a book burning," he says. "But it really wasn't like that."

Lawrence isn't so sure. "I was in the crowd, and that was the mentality of the person who was coming," he says. "If Steve Dahl says he wasn't calling those people out . funny how they came."

"I didn't know what I was tapping into, honestly," Dahl says. "It obviously threatened a certain group of rockers."

L'enregistrement

This Old Chicago House: EDM's Family Roots

The subtitle of Dahl's book is "The Night Disco Died" — but disco never really died. In Chicago, it went underground and was reborn several years later as house music. Present at house's creation was none other than Vince Lawrence, who was still spinning records salvaged from Disco Demolition. He'd gotten his synthesizer, too, and ended up co-writing "On and On," one of the first Chicago house anthems.

"It's ironic, that while you were blowing up disco records you were helping to create [house music]," Lawrence says. "And I don't know, I kind of laugh because it's funny how things work out."


12 July 1941 - History

July 12th In Pop Culture History

927 - Æthelstan, King of England, secured a pledge from Constantine II of Scotland that the latter would not ally with Viking kings, beginning the process of unifying Great Britain. This is considered by most historians to the closest thing that England has to a foundation date.

1543 - King Henry VIII of England married his sixth (and last) wife, Catherine Parr, at Hampton Court Palace.

1862 - The Medal of Honor was authorized by the United States Congress. In 1990, Congress designated March 25 annually as "National Medal of Honor Day."

1952 - #1 Hit July 12, 1952 - September 12, 1952: Vera Lynn - Auf Wiederseh'n Sweetheart

1970 - The US patent (#105,338) for an improved process to produce celluloid, the first sythetic plastic, was awarded to John Wesley Hyatt, Jr.

1894 - Eight units for the measurement of electrical magnitudes were adopted in US law when President Grover Cleveland signed an Act of Congress “to define and establish the units of electrical measure” for the ohm, ampere, volt, coulomb, farad, joule, watt and the henry. #standards

1920 - The Panama Canal was formally dedicated, although it had the first ship pass through several years earlier.

1962 - The Rolling Stones performed their first concert, at the Marquee Club in London, England, United Kingdom.

1969 - #1 Hit July 12, 1969 - August 22, 1969: Zager and Evans - In the Year 2525

1986 - #1 Hit July 12, 1986 - July 18, 1986: Simply Red - Holding Back the Years

1997 - once premiered on HBO

2002 - Monk premiered on the USA Network

2003 - #1 Hit July 12, 2003 - September 5, 2003: Beyonc featuring Jay-Z - Crazy in Love

July 12th Celebrity Birthdays

PopCultureMadness.com is the center of the Pop Culture Madness network - your complete trivia and entertainment news resource.
Our motto: "All The Pop Culture News That Fits, We Print!"

The websites of the PCM Network add more information every day. Well, semi-regularly. If you don't see a link for what you're looking for, then it's your responsibility to write something up, and send it in.
Everything else © copyright 1999-2019 Pop Culture Madness, unless stated otherwise.

By the way, PCM does NOT allow frequent Pop up ads, Pop under ads, or sneaky spyware. Nor do we link to sites that have excessive Pop-ups, spyware or inappropriate (all ages) material. If you find one, please let us know and they are toast!

pop, as in 'popular' :(adjective) Pertaining to the common people, or the people as a whole as distinguished from any particular class.
Having characteristics attributed to the common people and intended for or suited to ordinary people.

culture:(noun) That which is excellent in the arts.
A particular stage of civilization. The behaviors and beliefs characteristic of a particular social, ethnic, or age group.

madness: (noun) The state of being mad. insanity, senseless folly, intense excitement or enthusiasm.

TLDR - Privacy Statement: We will not sell, give or share any personal information, including e-mail addresses, of any of our visitors to anyone outside of Pop Culture Madness. com or our affiliated network sites. We do not accept any stealth or spyware advertisers or third party sponsors of such programs. Pop Culture Madness. com and affiliated sites do not send spam, offer get-rich-quick schemes, offer or suggest "enhancement" devices or medications via e-mail.

For purposes of Review, we often (usually) get samples, press access and other 'inside information.'
Take that into account when you read a positive (or negative) Review, on PCM or anywhere on the internet.

PCM does use third-party advertising companies, such as google, to serve ads when you visit our website. These companies may use information (not including your name, address, email address, or telephone number) about your visits to this and other websites in order to provide advertisements about goods and services of interest to you. If you would like more information about this practice and to know your choices about not having this information used by these companies, Cliquez ici.


Voir la vidéo: 1942. Серия 16 2011 (Août 2022).